Apple se prépare aux problèmes antitrust en permettant aux utilisateurs de sélectionner et d’installer des applications tierces lors de la configuration d’iOS 14.3

  • FrançaisFrançais


  • iOS 14.3 invitera certains utilisateurs à installer des applications tierces sélectionnées lors de la configuration, dans ce qui est probablement une tentative d’étouffer toute allégation de comportement anticoncurrentiel de la part des régulateurs.

    La fonctionnalité, qui est profondément enfouie dans la version bêta de la prochaine version iOS et a été repérée pour la première fois par 9to5Mac, est censée être activée en fonction de l’emplacement de l’utilisateur et déclare: «Conformément aux exigences légales régionales, continuez à voir applications disponibles à télécharger. »

    Bien qu’iOS ne soit pas le système d’exploitation mobile le plus largement installé (cette couronne particulière appartient à Android), il est unique dans la mesure où le contrôle exercé par Apple sur l’écosystème, surnommé le Jardin clos. Cela limite les possibilités de téléchargement de logiciels tiers – exclusivement sur l’App Store – et oblige les développeurs à utiliser les méthodes de traitement des paiements d’Apple, qui réduisent de 30% toutes les transactions. De plus, jusqu’à récemment, les utilisateurs n’étaient pas en mesure de sélectionner des produits tiers pour leur navigateur et leurs applications de messagerie par défaut.

    Cela a conduit à des enquêtes antitrust dans plusieurs juridictions, notamment aux États-Unis, au Japon et dans l’UE, souvent à la suite de plaintes de concurrents, tels que Spotify et Rakuten. Cela s’ajoute aux poursuites judiciaires engagées par Epic Games, qui a affirmé qu’Apple tentait délibérément de désavantager les développeurs tiers par le biais de ses politiques de magasin d’applications.

    Apple n’est pas le seul fabricant de téléphones à intégrer des téléchargements tiers dans le processus de configuration – Huawei et OPPO recommandent tous deux des applications spécifiques lors de la configuration. Bien que ceux-ci aient tendance à être séparés de l’expérience de base du téléphone, et qu’il s’agisse généralement d’efforts de sensibilisation marketing conçus pour rehausser le profil d’une application particulière.

    Plus vraisemblablement, on peut établir des parallèles entre la fonction de «choix du navigateur» que Microsoft a été contraint d’imposer aux utilisateurs par la Commission européenne, afin de briser la position alors dominante d’Internet Explorer. Par ailleurs, la Commission a contraint Google à autoriser les utilisateurs d’Android à sélectionner leur moteur de recherche préféré, afin d’apaiser les préoccupations antitrust.

    Nous avons demandé à Apple de commenter et mettrons à jour cet article en cas de réponse. ®

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *