Alibaba admet avoir construit la reconnaissance faciale en tant que service pour détecter la minorité ouïghoure opprimée en Chine

  • FrançaisFrançais


  • Le groupe Alibaba a admis aujourd’hui que son activité cloud avait développé ce qu’il est décrit comme «une technologie de reconnaissance faciale… qui incluait l’ethnicité comme attribut d’algorithme pour le marquage des images vidéo», puis a juré qu’il ne reverrait plus jamais le jour.

    Le géant chinois du web et du e-commerce a également fait référence à des «rapports récents» sur cette technologie. Le registre estime que cela renvoie à cet article du 16 décembre rédigé par des analystes et consultants indépendants en vidéosurveillance IPVM, qui ont collaboré avec le New York Times sur cet article.

    Les deux articles rapportent que le site Web d’Alibaba Cloud offrait ouvertement la possibilité de détecter les visages «ouïghours / minorité ethnique» dans les flux vidéo, ainsi que des alertes en temps réel lorsque des Ouïghours apparaissaient en vue. Les deux histoires ajoutent que peu de temps après avoir interrogé Alibaba Cloud sur le service, les références à celui-ci ont disparu du site Web de la société.

    La Chine opprime le peuple ouïghour à l’intérieur de ses frontières et aurait déplacé de force plus d’un million d’entre eux – des citoyens chinois tous – vers des camps d’internement et de rééducation qui visent à supprimer leur culture et leur pratique de l’islam. La Chine justifie la campagne comme une mesure anti-extrémiste.

    Le chef d’Alibaba dit que les nouvelles lois chinoises sur Internet ne sont pas seulement bonnes, elles sont justes, bienvenues et nécessaires

    LIRE LA SUITE

    Le rapport d’IPVM a noté qu’Alibaba Cloud «affirmait, sans preuve ni explication, que ces fonctionnalités n’étaient utilisées que« dans un environnement de test ».»

    L’admission du groupe Alibaba a déclaré aujourd’hui que la super-organisation «n’a jamais voulu que notre technologie soit utilisée et ne l’autorisera pas à être utilisée pour cibler des groupes ethniques spécifiques, et nous avons éliminé toute étiquette ethnique dans notre offre de produits.»

    «Cette technologie d’essai n’a été déployée par aucun client», a ajouté son message. «La discrimination raciale ou ethnique ou le profilage sous quelque forme que ce soit viole les politiques et les valeurs d’Alibaba», ajoute-t-il, avant de conclure: «Nous ne permettons pas et ne permettrons pas que notre technologie soit utilisée pour cibler ou identifier des groupes ethniques spécifiques.»

    La déclaration d’Alibaba selon laquelle il a développé cette capacité pose problème, car les États-Unis ont déjà interdit les startups chinoises d’IA pour leur complicité dans la répression contre la population ouïghoure de Chine.

    Mais il semble que la Chine ait recherché cette capacité auprès de plusieurs fournisseurs, car Huawei a récemment admis qu’elle avait également développé un système de test capable de détecter les Ouïghours mais ne l’avait pas mise en production pour aucun client. ®

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *