Agence spatiale européenne : Allez, piratez notre satellite si vous pensez que vous êtes assez fort

  • FrançaisFrançais



  • L’Agence spatiale européenne (ESA) lance un appel à candidatures d’attaquants qui souhaitent s’attaquer à son vaisseau spatial OPS-SAT.

    Tout est au nom du piratage éthique, bien sûr. Le plan est d’améliorer la résilience et la sécurité des actifs spatiaux en comprenant les menaces imaginées par les professionnels de la sécurité et les membres du public.

    OPS-SAT possède, selon l’ESA, “un ordinateur de vol 10 fois plus puissant que n’importe quel vaisseau spatial actuel de l’ESA” et le CubeSat est en orbite depuis 2019, fournissant un banc d’essai pour les expériences logicielles.

    C’est donc le candidat idéal sur lequel se tourner l33t h4x0rs, tandis que les ingénieurs de l’ESA veillent à ce que l’environnement soit maîtrisé.

    « La robustesse intégrée d’OPS-SAT en fait la plate-forme de vol idéale pour les pirates informatiques éthiques qui souhaitent démontrer leurs compétences dans un environnement sûr mais suffisamment réaliste », a expliqué Dave Evans, chef de mission OPS-SAT.

    Les idées doivent être soumises avant le 18 février et les candidats retenus bénéficieront d’un accès technique contrôlé à OPS-SAT lors de la conférence CYSAT d’avril. Ce sera un défi puisque les équipes n’auront que des créneaux de communication de six minutes disponibles avec le satellite pour libérer leurs créations.

    L’exécution de code soumis par le public dans l’espace n’est pas un concept particulièrement nouveau – le matériel AstroPi à bord de la Station spatiale internationale (ISS) est un excellent exemple d’une telle sensibilisation.

    Cependant, l’engagement avec des experts en cybersécurité via la démo OPS-SAT donnera aux agences spatiales l’occasion d’apprendre ce qui fonctionne – et ce qui ne fonctionne pas – du point de vue de la sécurité, car les satellites deviennent de plus en plus compliqués et la surface d’attaque augmente.

    Fait intéressant, l’annonce de l’ESA avait initialement été faite il y a un mois, puis retirée à la hâte. Peut-être parce que le titre original “Hack an ESA spacecraft” a poussé au moins un des patrons de l’agence à faire passer sa boisson caféinée du matin par une narine. Ou, comme l’a dit un initié de l’ESA, cherchez à « revoir » l’émission. ®

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.