The Entertainer en désaccord avec le propriétaire de Westfield

  • FrançaisFrançais


  • La dispute a été rendue publique vendredi, à la suite d’une lettre à The Entertainer de la part d’avocats opérant pour le compte de Westfield.

    Plusieurs médias – dont Retail Week et l’émission You and Yours de Radio 4 – ont présenté vendredi un article sur un désaccord entre The Entertainer et le propriétaire des centres commerciaux de Westfield. La dispute a commencé lorsque des avocats opérant pour le compte de Westfield ont écrit une lettre à The Entertainer, intitulée “ lettre finale avant la procédure judiciaire ”. La lettre a ensuite menacé que si The Entertainer ne payait pas l’intégralité de son solde de loyer impayé, «des mesures d’exécution formelles seraient prises».

    Le timing de la lettre, qui a été reçue le premier jour du deuxième lock-out de l’Angleterre, a semblé être délibérément provocateur. Gary Grant a répondu à la lettre, copiant dans son député – ce qui a conduit l’avocat à répondre 30 minutes plus tard, demandant le retrait de la lettre. Cependant, à ce stade, le mal était clairement fait.

    Toy World s’est entretenu avec Gary vendredi, qui n’était clairement pas impressionné par la façon dont toute l’affaire avait été traitée: «Quel timing – envoyer une lettre comme celle-là le premier jour du nouveau verrouillage est incroyable. Si tous les propriétaires commencent à se comporter ainsi, il ne leur restera plus de locataires! »

    En effet, il est difficile de savoir si une lettre similaire a été envoyée à tous les locataires qui devaient encore une partie de l’arriéré de loyer, ou si The Entertainer avait été choisi pour une raison quelconque.

    En outre, le désaccord a mis en évidence plusieurs domaines de discorde clés pour les propriétaires et les locataires dans un climat de vente au détail fragile. Ce n’est un secret pour personne que la fréquentation des deux centres de Westfield (Londres et Stratford) a souffert cette année: les deux magasins seraient les moins performants du domaine britannique de The Entertainer’s, s’échangeant respectivement de 50% et 45% depuis le début de l’année jusqu’à la fin octobre. Malgré cette performance décevante, Toy World comprend que The Entertainer a payé tous les frais de service tout au long de l’année et qu’il a payé l’intégralité du loyer jusqu’à la fin du mois de mars, lorsque le premier verrouillage a commencé.

    Par la suite, The Entertainer a continué de payer un pourcentage de son loyer, tout en tentant d’engager Westfield dans un dialogue visant à parvenir à un contrat de location révisé qui reflète la baisse de la fréquentation et du chiffre d’affaires. Selon Gary, Westfield a jusqu’à présent refusé toutes les demandes de dialogue et n’a montré aucune volonté de discuter ou de résoudre la situation.

    La situation de Covid continuant d’avoir un impact sur la fréquentation des commerces de détail, de nombreux détaillants estiment que les accords de location existants devraient être réévalués pour refléter le climat commercial actuel. En outre, il est clair que les détaillants qui regardent les contemporains engager une procédure CVA sont très frustrés, ce qui leur donne automatiquement la possibilité de renégocier des loyers réduits. En effet, il y a une croyance constante dans certains milieux que tous les arrangements CVA ne sont pas strictement nécessaires et qu’ils ne sont devenus guère plus qu’une tactique cynique pour éviter de payer un loyer.

    Bien que personne ne doive prétendre qu’il s’agit d’un problème noir et blanc (les propriétaires ont eux aussi des entreprises à poursuivre), il semble que, plus que jamais, la clé du succès des partenariats dans l’environnement actuel est de maintenir les canaux de communication ouverts. Si Westfield avait été prêt à entamer un dialogue plutôt que de renvoyer une lettre menaçante d’un avocat, il aurait pu éviter toute la publicité négative qui a suivi ce malheureux incident.

    Le message The Entertainer en désaccord avec le propriétaire de Westfield est apparu en premier dans Le magazine économique passionné de jouets.

    Source

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *