Quelque chose ne va pas… c’est le blog du vendredi ! – Magazine du monde du jouet

  • FrançaisFrançais



  • Aucun doute sur l’histoire la plus inattendue de la semaine – non, pas le grand vieux duc d’York qui a payé 12 millions de livres sterling à quelqu’un qu’il prétend n’avoir jamais rencontré pour quelque chose qu’il prétend n’avoir jamais fait, mais l’effondrement potentiel dans l’administration du détaillant en ligne Studio . Pas un seul fournisseur à qui j’ai parlé cette semaine n’a vu cela venir – pas plus que la communauté des assureurs-crédit, qui avait toujours Studio classé comme sûr à 100% plus tôt cette semaine. Ce n’est pas comme les assureurs-crédit de faire quelque chose d’aussi spectaculairement faux.

    Alors, qu’est-ce-qu’il s’est passé? Il y avait un indice que tout n’allait pas tout à fait bien il y a deux semaines, lorsque Studio a publié une mise à jour financière qui a vu les attentes de bénéfices être ajustées à la baisse de 35 millions de livres sterling à 28-30 millions de livres sterling pour l’exercice. Pourtant, pas trop minable, tout bien considéré. Cette annonce était accompagnée d’une citation du directeur général qui déclarait que “les fondamentaux du modèle commercial de Studio sont solides”. Alors, comment en arrive-t-on à avoir besoin d’un prêt de 25 millions de livres sterling pour financer le stock excédentaire, puis à nommer des séquestres lorsqu’il n’a pas pu parvenir à un accord avec ses prêteurs – le tout en moins de deux semaines ? ! Quelque chose ne va pas…

    Bien sûr, il est important de garder à l’esprit que le plus gros investisseur de Studio est un ami de longue date de cette colonne, le tristement célèbre Mike Ashley, via son opération Frasers Group. Il détient un peu moins de 30% du capital de l’entreprise Studio et a été contrecarré dans sa tentative de reprendre complètement l’entreprise il y a à peine trois ans. Je soupçonne que cela peut avoir plus de pertinence dans cette situation que la vente de Findel l’année dernière, qui, selon certains observateurs, pourrait être un facteur contributif majeur à la situation actuelle de Studio. Soyons honnêtes, Mike a de la “forme” dans ce domaine ; ce ne serait pas la première fois qu’une entreprise dans laquelle il est impliqué est prise au bord du gouffre, avant qu’il ne monte à la rescousse à la dernière minute avec un accord à prix réduit. Le cours de l’action Studio a été suspendu cette semaine à 115p, après avoir culminé à 300p seulement en mai dernier.

    Alors, pouvons-nous nous attendre à ce que Mike “sauve la mise” à nouveau ? Les fournisseurs semblent convaincus que la situation sera résolue, et j’entends des rumeurs selon lesquelles les acheteurs de Studio reportent plutôt qu’ils n’annulent les commandes. Cela suggère que quelque chose se passe dans les coulisses. Je l’espère, car il serait dommage de voir Studio devenir une victime si tôt dans l’année. Gardez un œil sur le cours de l’action, en supposant qu’une solution puisse être trouvée…

    Mike Ashley n’est pas le seul actionnaire à avoir fait des bêtises cette semaine. Aux États-Unis, selon le Wall Street Journal, Hasbro a reçu des demandes d’un “actionnaire activiste” – Alta Fox Capital Management – qui souhaite que Hasbro ajoute de nouveaux membres à son conseil d’administration et essaime ses lucratifs Wizards of the Coast et les jeux numériques. unité, qui comprend Donjons et Dragons et Magic: The Gathering. Alta Fox est même allée jusqu’à écrire aux actionnaires de Hasbro, nommant cinq administrateurs potentiels qui, selon elle, devraient être nommés au conseil d’administration. Il souhaite également que Hasbro abandonne sa stratégie actuelle de développement de marques, un plan mis en place par le regretté PDG de la société, Brian Goldner. Je dois dire que cela ressemble à une manœuvre mesquine – en particulier du point de vue du timing – avec le nouveau PDG Chris Cocks prêt à prendre ses nouvelles fonctions dans une semaine. Toutes les entreprises doivent constamment évaluer leurs stratégies pour s’assurer qu’elles restent la meilleure voie à suivre, mais les résultats de Hasbro en 2021 étaient excellents, il ne me semble donc pas qu’un changement de direction aussi radical soit nécessaire en ce moment….

    Dans d’autres nouvelles, il a été annoncé cette semaine qu’Adrian Whyles quittera son poste de directeur général de PlayMonster UK fin février à sa propre demande. Nous souhaitons à Adrian tout le meilleur pour la suite. Il ne semble pas qu’il y ait des plans imminents pour le remplacer, car l’annonce a également confirmé que l’équipe britannique fera désormais rapport dans la structure organisationnelle mondiale de PlayMonster récemment annoncée.

    Pendant ce temps, Amazon a finalement conclu une trêve avec Visa sur les frais de paiement. Les cartes Visa continueront désormais d’être acceptées dans tous les magasins Amazon.com et les points de vente physiques dans le cadre d’un accord mondial entre les deux sociétés. Le différend a commencé en novembre dernier lorsqu’Amazon a annoncé qu’il cesserait d’accepter les cartes de crédit Visa émises au Royaume-Uni, accusant les frais de transaction élevés qui, selon elle, étaient facturés par Visa. Il est probable qu’aucun d’entre nous ne saura jamais de quel côté a reculé, mais les commerçants et les consommateurs d’Amazon seront certainement ravis que le bon sens ait prévalu.

    Il semble maintenant généralement admis qu’Amazon vend plus de jouets que tout autre compte de vente au détail de jouets. Je n’ai pas vu la répartition des parts de marché de détail de NPD (c’est une information extrêmement bien gardée), mais Kantar nous a envoyé un communiqué de presse cette semaine, qui offrait sa propre interprétation des ventes de jouets et des performances de détail du quatrième trimestre. Je dois avouer que j’ai été un peu surpris par certaines des parts de marché selon les données de Kantar : John Lewis à 2,8 %, nettement supérieur à The Entertainer à 2,1 % – vraiment….??? Je suis également légèrement sceptique quant au fait que TK Maxx ait la même part de 2% que The Entertainer, tandis que M&S, Aldi et The Works à 1% se sentent pour le moins “généreux”. Mais bon, qui suis-je pour être en désaccord avec les “données”. Je serais intéressé de savoir ce que d’autres personnes pensent – suis-je le seul à remettre en question l’exactitude de ces chiffres ?

    Enfin, bonne chance à tous les nominés pour les prix américains du jouet de l’année ce soir (TOTYS) – nous vous donnerons des détails sur les gagnants la semaine prochaine. Je suis intrigué de voir comment se passe l’afterparty, étant donné qu’elle se déroule dans le métaverse plutôt qu’en personne cette année. Les invités pourront apparemment se mêler et discuter « face à face » (ou, avatar à avatar). L’événement en personne est généralement assez «animé», avec des combats amusants entre quelques poids lourds de l’industrie pour faire bonne mesure, il sera donc fascinant de voir si tout le monde se comporte dans le métaverse ce soir. Pop-corn prêt…

    Source

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.