Je ne l’avais pas vu venir…c’est le Blog du Vendredi ! -Magazine du monde du jouet

  • FrançaisFrançais



  • La semaine a commencé comme la plupart des semaines à cette époque de l’année. Nous sommes très occupés, mais certainement pas à nous en plaindre – 2022 approche à grands pas dans le rétroviseur. Mattel et Hasbro ont publié leurs résultats du troisième trimestre, les deux sociétés affichant des chiffres solides, malgré les défis évidents de la chaîne d’approvisionnement mondiale – Hasbro a même admis qu’elle avait manqué 100 millions de commandes au cours du trimestre en raison d’une incapacité à les remplir, et pourtant annoncé une croissance solide.

    C’était formidable de voir une autre étape importante sur le chemin du retour à la normale, puisque les inscriptions ont été ouvertes pour le Salon du jouet de Londres en janvier prochain, tandis que la vente de billets a également commencé pour le Salon du jouet de Nuremberg. Pendant ce temps, à l’autre bout du monde, un responsable chinois a apparemment déclaré au FT que la suppression des restrictions de quarantaine à Hong Kong pourrait être retardée jusqu’au 22 novembre, après la conférence du parti communiste. Le FT n’a pas l’habitude d’imprimer des rumeurs sans avoir une source crédible, donc en supposant que cela soit plausible, cela exclurait non seulement tout voyage au début de l’année prochaine, mais remettrait même en question la perspective de visiteurs internationaux s’y rendant ensuite. l’automne et même – murmurez-le doucement – ​​en janvier ’23. Ce n’est que spéculation à ce stade bien sûr, mais j’imagine que le secteur des expositions de Hong Kong, ainsi que les entreprises qui y ont des salles d’exposition, doivent s’arracher les cheveux de frustration.

    Jusqu’ici, si typique. Puis vint une boule de courbe tout-puissant. Je me suis réveillé mercredi matin avec un e-mail annonçant que Toys R Us reviendrait sur le marché britannique, grâce à un accord avec Toys R Us ANZ, la société qui gère la marque sur le marché australien.

    Lorsque le propriétaire de HMV, Doug Putnam, a acquis Toys R Us Canada il y a quelques mois, il a fait un commentaire énigmatique sur la possibilité de ramener la marque TRU sur le marché britannique – une sorte de remarque « ne jamais dire jamais ». Jo Hall, qui dirige Toys R Us Asia, connaît le marché britannique de la vente au détail de jouets mieux que n’importe quel autre détaillant international. Les deux auraient été les favoris pour mener une telle initiative, mais la société chargée de faire avancer le projet n’a jamais été impliquée dans le secteur de la vente au détail au Royaume-Uni, bien qu’elle ait connu un énorme succès sur le marché intérieur.

    Inévitablement, dès que l’histoire a éclaté, j’ai été inondé de questions de fournisseurs britanniques sur la nouvelle opération britannique. Le communiqué de presse contenait un niveau de détail relativement décent pour une annonce de ce genre, mais il restait encore de nombreuses questions sans réponse. Donc, ce matin, je me suis rendu tôt au bureau, où j’ai passé la première heure de ma journée à parler au Dr Louis (prononcé Lewis) Mittoni, l’homme derrière le retour de TRU au Royaume-Uni. En conséquence, j’ai fait quelque chose que je fais rarement – ​​j’ai réécrit à la hâte le blog d’aujourd’hui pour n’incorporer qu’une petite partie de cette conversation d’une heure. Il s’avère que Louis est une personnalité attachante et extrêmement passionnée par les jouets – et, bien sûr, la marque Toys R Us. Il décrit le plan comme « pas tellement une relance – on a plutôt l’impression que la marque rentre à la maison ».

    Voici donc ce que nous savons à ce jour. L’accord couvre à la fois les magasins physiques et une présence numérique. Louis qualifie la stratégie de l’entreprise de modèle de « première numérique », ce qui est parfaitement logique : la société australienne a un solide bilan dans l’espace numérique – avant TRU, Louis dirigeait sa propre entreprise de commerce électronique Hobby Warehouse, dont l’infrastructure était utilisée pour configurer TRU. L’entreprise a également investi massivement dans ses entrepôts australiens à la pointe de la technologie, dotés d’une robotique de pointe. Toute cette technologie est très transférable et donnera au détaillant une base solide sur laquelle construire.

    Cependant, je soupçonne que l’aspect «magasin physique» du plan va surprendre de nombreux membres de la communauté du jouet. Sensiblement, la réflexion ne porte pas sur la façon dont TRU a approché son parc de magasins dans le passé, mais sur la façon dont les consommateurs achètent maintenant et comment ils achèteront dans 5 à 10 ans.

    Alors, oubliez les magasins de style entrepôt de 40 000 pieds carrés dans les parcs de vente au détail à travers le pays. Le plan de Louis implique un environnement de magasin physique beaucoup plus expérientiel – un concept qu’il décrit comme « l’allée sans fin ». Un moyen rapide de le décrire serait d’imaginer un immense centre de distribution à la pointe de la technologie (200 à 300 000 pieds carrés) – et boulonné à l’avant, un espace de vente au détail de 20 à 30 000 pieds carrés. L’idée est que les consommateurs passeraient du temps à se familiariser avec les jouets et les articles de puériculture, puis seraient en mesure de commander l’un des 30 à 40 000 produits, qui vous seraient livrés en une minute via la robotique de pointe intégrée dans le établissement.

    C’est certainement une vision ambitieuse – mais je suis sûr que les consommateurs seront fascinés par un endroit où ils peuvent toucher, sentir et essayer des produits, puis commander parmi une vaste gamme.

    Sans surprise, Louis a reçu un déluge de demandes de connexion, avec des personnes souhaitant en savoir plus sur les plans et les délais. Ainsi, je peux révéler en exclusivité que pour enregistrer et répondre à l’immense nombre de demandes de fournisseurs (jouets, bébé, 3PL, services, etc.) qui affluent, une page dédiée « expression d’intérêt » a été créée pour partenaires potentiels pour enregistrer leur intérêt, qui est http://eepurl.com/hL38FL

    Louis est impatient d’entendre les anciens fournisseurs de TRU, les entreprises nouvelles et à venir, les fournisseurs de services et toute autre personne qui souhaite faire partie de ce qui semble être un voyage fascinant. L’ancienne philosophie de TRU consistant à soutenir les nouveaux fournisseurs et les nouvelles gammes est toujours en place – l’un des éléments clés que de nombreux fournisseurs m’ont dit avoir manqué lorsque TRU a disparu.

    Je suppose que la prochaine phase consistera à créer une page similaire pour le personnel potentiel, dont nous vous informerons lors de sa mise en ligne. En toute honnêteté, la nouvelle opération ne traîne pas – en plus de créer un moyen pour les fournisseurs et le personnel intéressés d’entrer en contact, ils ont également exploré des moyens de commencer à approvisionner le marché britannique en produits. Il semble qu’ils soient en train de démarrer, et nous vous apporterons plus de détails au fur et à mesure qu’ils seront disponibles.

    Accrochez-vous à vos chapeaux les gars…

    Source

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.