Amazon sous le feu renouvelé de la destruction des stocks invendusToy World Magazine

  • FrançaisFrançais



  • Le gouvernement britannique appelle à l’action à la suite d’une enquête d’ITV News qui a montré que le géant de la vente au détail en ligne détruisait toujours des millions d’articles invendus par an, pour la plupart neufs.

    Les caméras d’ITV News filment des palettes empilées de marchandises indésirables en cours de déchargement sur un site de recyclage des déchets près de l’entrepôt d’Amazon à Dunfermline. Crédit: ITV News

    Une enquête spéciale menée par ITV News a découvert la preuve qu’Amazon détruit toujours des millions d’articles invendus chaque année, la majorité étant neufs, inutilisés et parfaitement utilisables. Un tournage sous couverture réalisé dans le centre de distribution du détaillant Dunfermline, l’un des 24 qui opèrent au Royaume-Uni, a montré des téléviseurs intelligents, des ordinateurs portables, des drones, des sèche-cheveux, des écouteurs, des lecteurs d’ordinateur, des livres et des milliers de masques scellés triés dans des boîtes marquées pour destruction.

    Un ancien employé a déclaré aux enquêteurs : « D’un vendredi à un vendredi, notre objectif était de détruire généralement 130 000 articles par semaine. J’avais l’habitude de haleter. Il n’y a pas de rime ni de raison à ce qui est détruit : les fans de Dyson, les Hoovers, les MacBook et iPad occasionnels ; l’autre jour, 20 000 masques Covid (visage) encore dans leur emballage. Dans l’ensemble, 50% de tous les articles ne sont pas ouverts et encore dans leur emballage rétractable. L’autre moitié sont des retours et en bon état. Le personnel est devenu insensible à ce qu’on lui demande de faire.

    Ce n’est pas la première fois que le problème est mis en évidence. Une enquête diffusée sur la chaîne de télévision française M6 en 2019 a révélé que des “camions chargés de marchandises”, y compris des jouets neufs, étaient jetés dans des décharges ou incinérés. Les fournisseurs ont déclaré aux enquêteurs qu’ils n’avaient d’autre choix que de payer Amazon pour détruire les produits invendus, citant une différence de coût substantielle entre cette option ou le retour et le stockage des produits ; un fournisseur a déclaré aux journalistes qu’il avait été facturé 17 £ pour retourner un article, mais seulement 13 pence pour le détruire. Au cours de l’exposition, les enquêteurs ont obtenu des chiffres officiels d’Amazon qui montraient que plus de 3 millions de nouveaux produits ont été détruits en France en 2019.

    À l’époque, Amazon avait refusé de répondre aux questions sur la destruction de marchandises au Royaume-Uni. L’année dernière, elle a ensuite annoncé le lancement d’un nouveau programme qui, selon elle, “permettrait à ses vendeurs de donner des produits invendus et retournés à des œuvres caritatives”.

    Un porte-parole d’Amazon a déclaré à l’agence de presse PA que bien que l’enquête d’ITV News ait suivi des camions jusqu’à une décharge, aucun article n’est éliminé de cette manière. Ils ont commenté : « Aucun article n’est envoyé à la décharge au Royaume-Uni. En dernier recours, nous enverrons des articles à la récupération d’énergie, mais nous travaillons dur pour réduire à zéro le nombre de fois que cela se produit. Nous nous engageons à réduire notre empreinte environnementale et à mettre en place un programme d’économie circulaire dans le but de réduire les retours, de réutiliser et de revendre les produits et de réduire les éliminations.

    Commentant la nouvelle, un porte-parole du Premier ministre, Boris Johnson, a déclaré : « Le secrétaire aux affaires a déjà parlé à Amazon de cette question. Nous voulons absolument voir plus de réutilisation et de recyclage des produits. Nous examinons la réglementation pour voir comment nous pouvons augmenter la réutilisation et le recyclage et nous assurer que les détaillants assument plus de responsabilités pour des choses comme les produits électriques. »

    Les médias sociaux regorgent de commentaires, de nombreuses personnes se demandant pourquoi les articles ne peuvent pas être donnés à des œuvres caritatives et à ceux qui en ont besoin, ou vendus à prix réduit. Un commentaire disait : « Il y a beaucoup de bonnes organisations caritatives qui travailleraient avec Amazon pour reloger ces articles plutôt que de les voir ajoutés à la décharge. Si cela est représentatif de chaque centre de distribution, Amazon doit trouver un meilleur moyen. »

    La militante écologiste adolescente Greta Thunberg s’est adressée à Twitter pour exprimer son point de vue, déclarant: “” Un document divulgué montrait plus de 124 000 éléments marqués comme “détruits” en seulement une semaine.” Ceci est juste UN entrepôt. Si vous avez un système où cela est possible – et même rentable – c’est un signe clair que quelque chose ne va fondamentalement pas.

    Source

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *