Procès-verbal du forum d’engagement BofE CBDC

  • FrançaisFrançais



  • Point 1 : Bienvenue Les coprésidents Gwyneth Nurse et Jon Cunliffe souhaitent la bienvenue aux membres à la quatrième réunion du forum de mobilisation des CBDC.

    Point 2 : Compte rendu du dernier Forum technologique
    La Banque d’Angleterre a fourni un bref résumé de la réunion du Forum technologique de juin

    Point 3 : Modèles commerciaux des fournisseurs d’interfaces de paiement des CBDC
    Un membre du Forum a présenté des modèles commerciaux potentiels pour les fournisseurs d’interfaces de paiement (PIP) dans un écosystème de CBDC. La présentation indiquait que les PIP entreprendraient probablement des activités suggérées dans le document de travail 2020 de la Banque sur la CBDC, telles que l’intégration des clients, la réalisation de contrôles KYC (Know Your Client) et AML (Anti Money Laundering), l’authentification des utilisateurs et la fourniture de services de protection et de superposition des consommateurs, entre autres. La présentation a ensuite exposé un ensemble de coûts qu’un tel PIP engagerait probablement pour offrir ces services.

    Le présentateur a supposé que les PIP ne seraient pas en mesure de prêter à la CBDC, ni de l’utiliser comme source de financement, de sorte qu’un modèle de type bancaire basé sur les revenus de la marge nette sur les taux d’intérêt ne serait pas possible. Un membre a suggéré qu’il était important de définir ce que les entreprises non financières pourraient faire avec leurs avoirs dans les CBDC, contrairement à ce qui est actuellement possible avec les soldes monétaires des banques commerciales, car cela pourrait devoir être pris en compte dans le calcul d’un modèle de revenus.

    Un modèle commercial payant pour les PIP où les utilisateurs finaux sont facturés pour le service de portefeuille a été jugé indésirable compte tenu des alternatives de paiement sans frais actuelles. Il a toutefois été avancé que les clients pourraient être disposés à payer pour un service s’il offrait une fonctionnalité accrue (par exemple, la programmabilité) ou si ses coûts étaient inférieurs aux options existantes où les clients paient actuellement pour des services spécifiques (par exemple, les paiements transfrontaliers).

    Le présentateur a suggéré qu’un modèle où les commerçants paieraient des frais pour accepter le paiement dans la CBDC était plus susceptible d’être viable pour les PEP, mais l’adoption pourrait dépendre des coûts de mise en place de l’infrastructure requise. Il a été avancé que toute limite sur les avoirs des CBDC ou sur les transactions pourrait influencer la quantité de clients qui utilisent la CBDC pour les dépenses quotidiennes, ce qui pourrait à son tour avoir un impact sur le montant des revenus que ce modèle pourrait générer.

    La présentation a également suggéré que la monétisation des données et les opportunités de vente croisée étaient des moyens alternatifs pour les PIP de générer des revenus. Certains membres du forum ont estimé qu’il n’était pas facile de trouver des modèles commerciaux convaincants pour les CBDC, tandis que d’autres ont fait valoir que, comme pour l’Open Banking, les opportunités peuvent être difficiles à voir actuellement mais se concrétiseront à l’avenir. Un membre a fait valoir que les prestataires de paiement prendraient en compte l’ensemble du cycle de vie de la transaction lors de l’identification des opportunités de revenus pour un nouveau mode de paiement, et pas seulement l’élément de paiement lui-même. Cela inclurait des considérations telles que «l’effet de halo», la valeur pour les commerçants de générer une fidélité à la marque en acceptant un mode de paiement spécifique que les clients préfèrent. Il a également été noté que les commerçants et les prestataires de services de paiement avaient déjà encouru des coûts de construction d’une infrastructure et d’intégration de clients qu’ils chercheraient à exploiter dans la mesure du possible pour tout nouveau produit de paiement, ce qui influencerait également le calcul des revenus et des coûts.

    Un membre a suggéré qu’il y avait des considérations de politique publique qui devraient être prises en compte dans le calcul des coûts, car les autorités pourraient vouloir encourager l’utilisation de la CBDC pour atteindre certains objectifs de politique publique, tels que l’amélioration de l’inclusion financière.

    Point 4 : Principaux principes de politique publique du G7 pour les CBDC de détail afin de soutenir les décideurs
    Un deuxième membre a présenté un point de vue sur la manière dont le secteur privé pourrait collaborer avec les décideurs politiques pour mettre en œuvre certains des principes du G7 sur la CBDCOouvre dans une nouvelle fenêtre (publié en octobre 2021). Le présentateur a suggéré quatre principes où l’expérience pertinente du secteur privé serait utile pour la Banque et HMT lors de la conception d’une CBDC. Ces principes étaient (i) la résilience opérationnelle et la cybersécurité, (ii) la concurrence, (iii) le financement illicite et (iv) la confidentialité des données.

    Le présentateur a noté qu’il était impératif d’assurer la résilience opérationnelle et la cybersécurité dans la chaîne de paiement CBDC de bout en bout afin d’instaurer la confiance. Étant donné que la chaîne de paiement impliquerait différents acteurs, la banque centrale devrait créer des règles et des normes de participation claires pour exiger la résilience et la sécurité tout au long de la chaîne. Les banques centrales devraient également s’assurer que les capacités des CBDC sont «sécurisées dès la conception» et tournées vers l’avenir autant que possible, pour faire face aux nouvelles menaces telles que l’informatique quantique. Les éléments de résilience non techniques ont également été notés comme faisant partie intégrante, tels que les règles de comportement et la protection des consommateurs.

    En ce qui concerne la concurrence, le présentateur a parlé de l’importance de l’interopérabilité de la CBDC avec les systèmes de paiement existants pour garantir le choix des utilisateurs et soutenir des règles du jeu équitables. Il a été avancé qu’il était souhaitable de tirer parti de l’infrastructure existante pour les rampes d’accès et de sortie de la CBDC afin de réduire les coûts, en particulier pour les commerçants.

    En ce qui concerne le financement illicite et la protection des données, le présentateur a noté que les deux principes étaient étroitement liés dans les paiements, en raison de l’importance de la capture et du traitement de certains éléments de données pour lutter contre les activités illicites. Il a été noté que la CBDC devrait trouver un équilibre afin d’être un système de paiement accessible, rapide et bon marché tout en maintenant un engagement à atténuer son utilisation à des fins criminelles.

    En réponse à la présentation, un membre a fait valoir que toutes les couches du système CBDC devaient être évaluées séparément pour comprendre ce qui est le plus important à fournir lors de sa construction. Cela signifierait exposer les éléments fondamentaux de chaque couche (la couche d’infrastructure centrale, la couche PIP, etc.) et déterminer quels éléments appartiennent à chaque couche (mise à disposition du grand livre, résilience opérationnelle, validation de l’ID, etc.).

    Remarques de clôture
    Les coprésidents clôturent la réunion et remercient les membres pour leurs contributions.

    Participants
    Jon Cunliffe (président) Banque d’Angleterre
    Gwyneth Nurse (Présidente) HM Treasury
    Tom Mutton, Banque d’Angleterre
    Danny Russell, Banque d’Angleterre

    Membres
    Adam Jackson, directeur des politiques, Innovate Finance
    Bryan Zhang, directeur exécutif, Cambridge Center for Alternative Finance, University of Cambridge Judge Business School
    Chris Wilford, directeur de la politique des services financiers, CBI
    Jana Mackintosh, directrice générale des paiements et de l’innovation, UK Finance
    Jess Houlgrave, chef du personnel, Checkout.com
    Martin McTague, président national des politiques, Fédération des petites entreprises
    Matthew Hunt, directeur de la stratégie, directeur général adjoint, PayUK
    Natasha de Terán, membre du panel de consommateurs de services financiers
    Paul Bances, responsable du développement du marché mondial de la blockchain, de la crypto-monnaie et des devises numériques, PayPal
    Polly Tolley, directrice de l’impact, Citizens Advice Scotland
    Ruth Wandhöfer, Présidente, Panel PSR
    Simon Gaysford, fondateur et directeur, Frontier Economics
    Simon Gleeson, responsable du groupe de réglementation financière, Clifford Chance
    Stephen Gilderdale, directeur des produits, SWIFT
    Tracey McDermott, chef de groupe de la déontologie et de la criminalité financière, Standard Chartered Bank

    Observateurs
    Susannah Storey, Département du numérique, de la culture, des médias et des sports

    Excuses
    Andrew Murphy, directeur exécutif des opérations, John Lewis Partnership
    Anne Boden, PDG, Starling Bank
    Arun Kohli, COO EMEA, Morgan Stanley
    Arunan Tharmarajah, responsable des opérations bancaires européennes, Wise
    Charlotte Hogg, PDG, Visa Europe
    Christian Catalini, directeur de la stratégie, Lightspark
    Chris Rhodes, directeur financier, Nationwide Building Society
    Diana Layfield, présidente des partenariats EMEA, Google
    Georges Elhedery, Co-CEO Global Banking & Markets, HSBC
    Jorn Lambert, directeur numérique, MasterCard
    Judith Tyson, chargée de recherche, Overseas Development Institute
    Paul Thwaite, PDG, Services bancaires commerciaux, NatWest Group
    Reema Patel, responsable de l’engagement délibératif, Ipsos UK
    Simon Coles, directeur technique, PayPoint


    Source

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.