L’UE parvient à un accord sur une réglementation MiCA historique pour la crypto

  • FrançaisFrançais



  • La présidence du Conseil et le Parlement européen ont adopté la proposition sur les marchés des crypto-actifs (MiCA) ; statuant que les fournisseurs de services de crypto-actifs auront besoin d’une autorisation pour opérer dans l’UE, à l’exclusion des NFT ou des actifs numériques liés aux médias.

    Aux termes de l’accord, le cadre réglementaire protégera les investisseurs et les consommateurs, tout en garantissant la stabilité financière et en favorisant l’innovation et la croissance. La réglementation contribuera à protéger les consommateurs contre la fraude et les escroqueries, car les fournisseurs de services de crypto-actifs seront responsables s’ils perdent des actifs et ne protègent pas les portefeuilles des investisseurs. L’Autorité bancaire européenne (ABE) créera un registre public des fournisseurs de crypto-actifs non conformes.

    Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, a déclaré : « Les évolutions récentes de ce secteur en pleine évolution ont confirmé l’urgence d’une réglementation à l’échelle de l’UE. MiCA protégera mieux les Européens qui ont investi dans ces actifs et empêchera l’utilisation abusive des crypto-actifs, tout en étant favorable à l’innovation pour maintenir l’attractivité de l’UE. Ce règlement historique mettra fin au crypto wild west et confirme le rôle de l’UE en tant que normalisateur pour les sujets numériques.

    Sophia Le Vesconte, Senior Associate de l’équipe fintech du cabinet d’avocats mondial Linklaters, déclare : « La conclusion d’un accord politique sur MiCA est une étape majeure pour l’UE. Nous approchons maintenant de la ligne d’arrivée des trois propositions législatives faites par la Commission européenne parallèlement à sa stratégie de finance numérique en 2020 (MiCA, DORA et le régime pilote DLT). Alors que certains ont critiqué les éléments de MiCA comme étant lourds ou insuffisamment adaptés aux nouvelles structures, il ne fait aucun doute que l’UE est désormais à l’avant-garde de la réglementation de la cryptographie sur la scène mondiale et qu’elle établit une norme.

    Le PDG de la société de technologie financière Modulus, Richard Gardner, commente : « MiCA serait le premier système de réglementation complet, et il a été conçu pour se prémunir contre les abus et la manipulation. Tout ce qu’il contient ne va pas plaire à tous les acteurs, mais, à ce stade, l’industrie a juste besoin de comprendre ce qu’on attend d’elle. Il est plus que temps d’avoir un guide pour que les opérateurs puissent agir avec intention.

    Le règlement mettra également en œuvre des restrictions sur les stablecoins. Le communiqué de presse de l’UE a annoncé que les émetteurs de Stablecoin seront supervisés par l’ABE et que leurs “détenteurs se verront proposer une réclamation à tout moment et gratuitement”.

    La Commission européenne travaille également sur un rapport explorant l’impact environnemental des crypto-actifs. Les fournisseurs du marché des crypto-actifs sont tenus de fournir des informations sur leur empreinte environnementale et climatique, afin de faciliter la collecte d’informations par l’Autorité européenne des marchés financiers (ESMA) sur le bien-être environnemental dans MiCA afin d’établir des normes réglementaires.

    Alors que l’UE va de l’avant avec la réglementation, le Congrès américain continue de débattre de la législation sur la surveillance des crypto-actifs. Gardner ajoute : “La réglementation arrive très certainement, et il est clair que l’UE voulait être le premier acteur majeur sur le terrain.”

    La société d’infrastructure de paiement Mercuyo a répondu positivement à la réglementation. Les recherches publiées par la société indiquent que davantage de détenteurs souhaitent une réglementation dans le secteur de la cryptographie : 68 % du public britannique aimerait voir la cryptographie réglementée et 61 % craignent de tomber dans des stratagèmes frauduleux.

    Le PDG de Mercuyo, Petr Kozyakov, observe : « Le marché de la cryptographie évolue rapidement pour refléter un écosystème innovant et dynamique. Un cadre réglementaire efficace libérerait le potentiel de notre secteur et l’ouvrirait à une adoption et à une utilité encore plus larges. J’espère que d’autres régulateurs emboîteront le pas et travailleront avec les leaders de l’industrie pour fournir un cadre mondial clair et efficace qui permettra au secteur de prospérer.”


    Source

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.