L’Egypte parmi les 4 meilleurs écosystèmes Fintech en Afrique

  • FrançaisFrançais



  • par Fintechnews Afrique
    17 mars 2022


    Au cours des dernières années, le secteur fintech égyptien s’est développé à un rythme rapide à mesure que l’écosystème des startups se développe et que les investissements augmentent. Dans son premier rapport sur l’industrie, Fintech Egypt, une initiative de la Banque centrale d’Égypte, se penche sur cette croissance, partageant les principaux indicateurs de croissance et les tendances émergentes.

    Selon le premier Egypt Fintech: Landscape Report 2021, les entreprises fintech égyptiennes attirent de plus en plus l’attention de la communauté des investisseurs, qui a versé un nouveau record de 159 millions de dollars américains en 2021, en hausse de X4 par rapport à seulement 37,1 millions de dollars américains en 2020.

    Ce chiffre fait de l’Égypte le quatrième pays en termes d’investissements dans les technologies financières en Afrique et le deuxième plus grand pays de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), indique le rapport, citant des données de la plate-forme de données de startup Magnitt axée sur la région MENA.

    Financement de la fintech en Égypte entre 2017 et 2021, Source : Egypt Fintech : Landscape Report 2021, Fintech Egypt

    Financement de la fintech en Égypte entre 2017 et 2021, Source : Egypt Fintech : Landscape Report 2021, Fintech Egypt

    La taille moyenne des tickets a augmenté de plus de X3 entre 2020 et 2021, ce qui indique que les entreprises fintech égyptiennes arrivent à maturité et évoluent. En fait, 24 startups sur 112 startups fintech interrogées dans le cadre de l’étude ont indiqué s’être développées à l’échelle régionale et internationale, et sont désormais présentes dans le rapport Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), ainsi qu’au Conseil de coopération du Golfe (CCG) et en Europe. .

    Sur les 88 startups restantes, 33 startups ont déclaré qu’elles avaient l’intention de se développer au cours de l’année à venir en mettant l’accent sur l’Afrique et la région MENA, ce qui montre que les entrepreneurs fintech égyptiens ont des ambitions mondiales.

    Startups fintech égyptiennes avec une présence mondiale ou prévoyant de se développer à l'échelle mondiale, Source : Egypt Fintech : Landscape Report 2021, Fintech Egypt

    Startups fintech égyptiennes avec une présence mondiale ou prévoyant de se développer à l’échelle mondiale, Source : Egypt Fintech : Landscape Report 2021, Fintech Egypt

    L’écosystème égyptien des startups fintech

    Outre le financement des technologies financières, le rapport examine également l’écosystème national des startups, soulignant la forte augmentation de la création de nouvelles entreprises au cours des dernières années. En 2014, l’Égypte n’abritait que deux startups fintech, un nombre qui est passé à 57 en 2019 et 112 entreprises à la fin de 2021. Ce chiffre fait de l’Égypte le quatrième plus grand écosystème fintech en Afrique, indique le rapport.

    Évolution des startups fintech en Égypte depuis 2014, Source : Egypt Fintech : Landscape Report 2021, Fintech Egypt

    Évolution des startups fintech en Égypte depuis 2014, Source : Egypt Fintech : Landscape Report 2021, Fintech Egypt

    Une ventilation par sous-secteurs révèle que les paiements et les envois de fonds sont actuellement le segment fintech le plus représenté en Égypte avec 34 entreprises, suivis des prêts et de la finance alternative (15 entreprises), de la gestion des finances personnelles et de l’alphabétisation, de la comptabilité et de la gestion des dépenses, et de la paie et avantages, chacun avec neuf sociétés.

    Startups fintech égyptiennes par sous-secteurs, Source : Egypt Fintech : Landscape Report 2021, Fintech Egypt

    Startups fintech égyptiennes par sous-secteurs, Source : Egypt Fintech : Landscape Report 2021, Fintech Egypt

    En examinant les modèles commerciaux des startups fintech égyptiennes, le rapport note la prévalence des modèles business-to-business (B2B) et business-to-business-to-consumer (B2B2C), avec respectivement 48 et 31 entreprises. Cette prévalence peut s’expliquer en partie par le grand nombre de micro, petites et moyennes entreprises (MPME) égyptiennes, qui représentent plus de 90 % de toutes les entreprises du pays.

    Ces entreprises sont impatientes d’adopter des solutions fintech innovantes qui répondent à leurs besoins en matière de paiements, de gestion de trésorerie, de financement et de chaîne d’approvisionnement, à un moment où COVID-19 accélère le passage aux canaux numériques et aux produits et services technologiques, indique le rapport.

    Moteurs de croissance Fintech

    Sur la population égyptienne actuelle d’environ 102 millions d’habitants, environ 9 millions de personnes utilisent les produits et services fournis par les sociétés fintech locales, indique le rapport, ce qui se traduit par un taux de pénétration plutôt prometteur de 8,8 %.

    Plusieurs moteurs ont été identifiés comme alimentant la croissance de la fintech dans le pays. D’une part, l’Égypte abrite un vaste marché avec une population non bancarisée de près de 50 % et une base d’utilisateurs d’Internet mobile de 57 %.

    Deuxièmement, le gouvernement s’est engagé à aider à développer les secteurs de la technologie bancaire et de la technologie financière dans le cadre d’une poussée plus large de l’économie numérique. Cela s’est traduit par des initiatives telles que la création du National Payment Council (NPC), qui est chargé de superviser et de coordonner les efforts à l’échelle nationale pour atteindre les objectifs de transformation numérique et d’améliorer l’inclusion financière, l’introduction de la soi-disant « moins cash », qui vise à encourager les citoyens à payer numériquement, et le lancement de la stratégie Fintech et innovation par la banque centrale en 2019, qui vise à positionner l’Égypte comme « un hub fintech mondialement reconnu dans le monde arabe et en Afrique ».

    32 initiatives stratégiques ont été identifiées dans le cadre des cinq piliers Fintech et innovation, et comprennent une collaboration efficace entre les parties prenantes de l’écosystème, la disponibilité des talents, l’accès au capital à toutes les étapes du cycle de vie des startups fintech et une réglementation propice grâce, par exemple, à des régimes de bac à sable, des lois et cadres d’octroi de licences.

    32 initiatives stratégiques à travers les cinq piliers de la stratégie Fintech et Innovation, Source : Egypt Fintech : Landscape Report 2021, Fintech Egypt

    32 initiatives stratégiques à travers les cinq piliers de la stratégie Fintech et Innovation, Source : Egypt Fintech : Landscape Report 2021, Fintech Egypt

    Plusieurs nouvelles initiatives ont été lancées au cours de l’année écoulée, ouvrant la voie à une nouvelle croissance dans les années à venir. Il s’agit notamment du fonds Fintech de 1 milliard d’EGP (63,6 millions de dollars), de la stratégie d’éducation financière numérique, ainsi que des modifications de la réglementation sur les paiements mobiles pour soutenir les prêts numériques à l’aide de systèmes de notation comportementale et d’épargne numérique sur les portefeuilles d’argent mobile.

    Cet article est apparu pour la première fois sur fintechnews.ae

    Partagez cet article


    Faites le partage


    Source

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *