Le gouvernement mauricien intensifie ses efforts pour renforcer l’écosystème Fintech

  • FrançaisFrançais




  • par Fintechnews Afrique
    29 octobre 2021


    S’efforçant de devenir un foyer d’innovation fintech, le budget de Maurice 2021-2022 a défini une série de nouvelles mesures pour stimuler la croissance du secteur.

    Ces mesures comprennent la mise en place d’un Open Lab par la Bank of Mauritius (BoM) pour les solutions bancaires et de paiement, ainsi que la création du Fintech Innovation Lab par la Financial Services Commission (FSC) pour encourager une culture d’entrepreneuriat.

    La BoM déploiera également, à titre pilote, la roupie numérique, une monnaie numérique de banque centrale de détail (CBDC).

    Le gouverneur de la BoM Harvesh Seegolam a indiqué en août que la banque centrale avait bénéficié de l’aide du Fonds monétaire international (FMI) pour la conception de la CBDC. Il a déclaré qu’il espérait que la CBDC contribuerait à stimuler l’innovation, les produits et les services, ainsi qu’à renforcer le cadre de lutte contre le blanchiment d’argent (AML).

    Maurice a jusqu’à présent été favorable aux crypto-monnaies et aux actifs numériques, créant un régime de licence pour les dépositaires et publiant des conseils sur les jetons de sécurité en 2019.

    Faraz Rojid

    Faraz Rojid

    Une nouvelle législation pour les actifs virtuels est actuellement en préparation et sera bientôt activée par le Parlement, a déclaré Faraz Rojid, chef du département des services financiers de l’Economic Development Board (EDB) de Maurice, lors de l’Africa Fintech Festival en juin.

    “La nouvelle législation prendra également en compte le paysage en constante évolution en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement des activités terroristes”, a-t-il ajouté.

    il ajouta.

    Le gouvernement travaille également au lancement d’un code QR dédié pour faciliter les paiements mobiles, une initiative qui s’inscrit dans le cadre de l’adoption rapide des paiements numériques.

    Priscilla Balgobin-Bhoyrul

    Priscilla Balgobin-Bhoyrul

    Priscilla Balgobin-Bhoyrul, associée principale chez Dentons Mauritius, a déclaré dans une récente interview avec Mauritius Finance que l’argent mobile, les services bancaires en ligne et les paiements sans contact ont gagné du terrain au début de la pandémie, mais sont depuis devenus ancrés dans la vie des gens.

    Ces nouvelles mesures annoncées par le gouvernement accéléreront davantage les innovations en matière de paiement, car les paiements numériques continuent de prendre vie, a-t-elle ajouté.

    Une autre étape notable de la banque centrale pour promouvoir les paiements en temps réel, a-t-elle souligné, est la mise en œuvre du Mauritius Central Automated Switch (MauCAS), qui rend les paiements bancaires, de commerce électronique et mobiles interopérables.

    Tisser des liens fintech

    En parallèle, le gouvernement mauricien tisse activement des liens avec d’autres juridictions, en concluant des accords de coopération fintech avec la France et le Kenya.

    Michal Szymanski

    Michal Szymanski

    Tout cela fait partie de l’ambition de Maurice de non seulement développer son écosystème fintech local, mais aussi « d’intégrer [its fintech ecosystem] dans le [broader African] continent grâce à une collaboration ouverte et en travaillant avec divers écosystèmes en Afrique et dans le reste du monde », a déclaré Michal Szymanski, PDG du groupe de commerce industriel Mauritius Africa Fintech Hub, lors de l’Africa Fintech Festival 2021.

    Il n’y a pas de chiffres officiels sur l’écosystème fintech national, mais un article de Switzerland Global Enterprise suggère qu’un certain nombre d’entreprises fintech prospères d’autres parties du monde se sont installées à Maurice, utilisant la nation insulaire comme tremplin vers l’autre Afrique. pays comme l’Afrique du Sud, le Kenya et le Nigeria.

    Ces nouveaux développements s’appuient sur des initiatives antérieures du gouvernement mauricien pour favoriser l’innovation dans les technologies financières. En 2016, la nation insulaire a introduit la licence réglementaire Sandbox, permettant aux entités de réaliser leurs produits fintech même s’il n’y a pas de cadre juridique pour ces activités.

    Depuis son lancement, dix licences ont été accordées à des projets de fintech par le Comité National Regulatory Sandbox License (NRSL).

    Crédit image en vedette : Unsplash

    Partagez cet article

    Faire le partage

    Articles liés à Maurice

    Articles similaires de l’île Maurice Catégorie


    Source

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.