La demande de l’Afrique en hubs de paiement augmente pour combler le déficit d’interopérabilité du continent

  • FrançaisFrançais




  • par Séba Daher, Lead Solutions Consultant, Paiements chez Finastra
    13 septembre 2022


    L’Afrique est un leader mondial de l’argent mobile, le Kenya et le Ghana ayant les taux d’utilisation des paiements mobiles les plus élevés au monde après la Chine. Les 55 pays du continent abritent environ 171 portefeuilles d’argent mobile, plus de 1 000 banques et plus de 12 réseaux de cartes, avec peu d’interopérabilité.

    Cependant, la numérisation accélérée qui a balayé le monde a conduit à une adoption généralisée des services financiers numériques. Les régulateurs et les gouvernements ont réagi en déployant des initiatives intensives de modernisation des paiements qui entraînent une forte pression de conformité sur les banques.

    À l’échelle mondiale, les clients – particuliers et entreprises – veulent désormais que leurs services soient exécutés instantanément, et cela s’étend également aux règlements transfrontaliers.

    Le gros point douloureux ? En 2021, plus de 80 % des transactions de paiement transfrontalières panafricaines devaient être acheminées à l’étranger pour être compensées et réglées à l’aide de relations bancaires internationales. Cela posait de multiples défis, allant des retards de paiement aux inefficacités opérationnelles et aux problèmes de conformité pour les systèmes de paiement régionaux disparates.

    Il est essentiel de combler cet écart pour accroître la compétitivité de l’Afrique dans les flux financiers mondiaux.

    Pour combler l’écart d’interopérabilité, les hubs de paiement deviennent rapidement l’approche par défaut des banques pour gérer les paiements. Un hub de paiement est une plate-forme flexible qui permet aux banques de créer leurs propres services de paiement pouvant s’intégrer à plusieurs systèmes et canaux, éliminant essentiellement les silos présents dans les structures héritées.

    De plus, ces hubs permettent aux banques de répondre à de nouvelles exigences telles que les interfaces de programmation d’applications (API) ouvertes qui alimentent les écosystèmes bancaires ouverts.

    Nairobi, Kenya

    image via Unsplash

    Initiatives de plateformes de paiement africaines

    Une partie du plan révolutionnaire de la zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA) est le nouveau système panafricain de paiement et de règlement interconnecté (PAPSS) : une infrastructure de marché financier transfrontalier permettant les transactions de paiement à travers l’Afrique.

    Lancé commercialement en janvier 2022, le PAPSS devrait permettre à l’Afrique d’économiser plus de 5 milliards de dollars par an en coûts de transaction de paiement, selon le PDG du PAPSS, Mike Ogbalu. Le PAPSS assure des transferts de fonds instantanés ou quasi instantanés entre les donneurs d’ordre dans un pays africain et les bénéficiaires dans un autre.

    Le PAPSS réduit également les besoins de liquidité des banques commerciales pour les paiements transfrontaliers ; et renforce la surveillance des systèmes de paiement transfrontaliers par les banques centrales.

    Pendant ce temps, la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), composée de 16 membres, a permis la compensation immédiate des virements de faible valeur (TCIB). Cela rationalise l’intégration des banques et des non-banques telles que les opérateurs d’argent mobile et les fournisseurs de services de transfert de fonds dans le système de crédit de faible valeur, afin de soutenir le transfert des transferts de fonds transfrontaliers.

    En outre, SADC-RTGS – un système de règlement brut en temps réel (RTGS) exploité par la Banque de réserve sud-africaine (SARB) – est sur le point de migrer vers ISO 20022.

    Après la pandémie, il y a eu une augmentation marquée des initiatives de paiement en temps réel dans plusieurs juridictions africaines. Fin 2021, la Banque centrale d’Égypte a lancé le réseau de paiement instantané (IPN), qui est exploité par Egyptian Banks Company (EBC). Au Maroc, un effort conjoint entre Bank al Maghrib et le Groupement pour un Système Marocain de Compensation Interbancaire (GSMIT) a donné naissance à une plateforme de paiements instantanés.

    En Afrique du Sud, la SARB travaille sur un nouveau programme de paiements rapides (RPP) qui offrira un service de paiement instantané rentable dans toutes les banques, un service proxy pour intégrer les coordonnées bancaires des utilisateurs, un service de demande de paiement, ainsi qu’un support pour plusieurs cas d’utilisation connus du paiement de détail.

    L’Afrique du Sud donne également le ton à la modernisation de l’infrastructure de paiement nationale, avec le lancement imminent du règlement à options multiples sud-africain modernisé (SAMOS), un système RTGS détenu et exploité par la SARB. Cela fait partie du cadre du système de paiement national et de la stratégie Vision 2025 de l’Afrique du Sud.

    Toutes ces initiatives – qu’elles soient panafricaines ou gérées par des juridictions individuelles – sont des catalyseurs pour que les banques africaines adoptent des solutions de hub de paiement pour répondre aux besoins immédiats, tout en établissant une base solide pour une transformation des paiements plus large et à long terme à l’échelle de l’organisation afin de mieux rivaliser. à l’échelle régionale et mondiale.

    Finastra s’empare du rôle de leader du hub de paiement

    Les hubs de paiement consolident tous les flux de paiement en une seule plate-forme centrale, standardisée et coordonnée, améliorant le contrôle, la visibilité et l’efficacité, tout en réduisant la complexité.

    Dans son rapport “Selecting a Payment Hub, 2021-22”, la société de recherche technologique Omdia Universe a estimé que d’ici 2025, les dépenses mondiales en hubs de paiement atteindront 2,6 milliards de dollars, avec un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 8 % entre 2020 à 2025.

    L’étude de 2021 menée par l’entreprise, qui a interrogé les émetteurs/acquéreurs de paiements, a révélé que 29 % des répondants ont identifié les hubs de paiement comme l’un de leurs trois principaux projets informatiques.

    Omdia a noté que les banques doivent comprendre les capacités et les limites des différents hubs de paiement pour mettre en œuvre l’approche stratégique appropriée pour permettre leurs ambitions de transformation des paiements.

    Son rapport a également mis en évidence les principales plates-formes et fournisseurs de hubs de paiement, désignant Finastra, basée à Londres, comme un leader du marché en raison de son large éventail de
    des fonctionnalités disponibles sur étagère et pouvant être déployées de manière flexible.

    Soutenu par le portefeuille de logiciels de services financiers le plus large et le plus complet, Finastra fournit cette technologie d’une importance vitale aux institutions financières de toutes tailles à travers le monde, y compris 90 des 100 plus grandes banques du monde.

    Finastra dispose d’un large écosystème de partenaires fintech via sa plateforme de collaboration, qui est intégrée à la solution de hub de paiement. Le fournisseur a également obtenu d’excellents résultats dans plusieurs catégories et a été félicité par les clients pour son excellent support client et son approche collaborative dans la conception de sa feuille de route produit.

    Les solutions de hub de paiement de Finastra en Afrique

    Dans la région panafricaine, les offres de hub de paiement de Finastra sont dirigées par Fusion Global PAYplus (Fusion GPP), un hub de paiement omnicanal, assurant la gestion des commandes nationales et internationales, le paiement
    des fonctionnalités de traitement et d’exécution des paiements sur une large gamme d’instruments de paiement.

    Fusion GPP cible principalement les banques de niveau 1 et de niveau 2, tandis que sa solution cloud de logiciel en tant que service Fusion Payments To Go répond aux besoins de hub de paiement pour les banques de niveau intermédiaire à bas.

    Le marché des paiements en Afrique ne fera que continuer à croître, et donc les banques et organisations panafricaines qui cherchent à centraliser et unifier tous leurs besoins de paiements numériques dans un seul hub, rechercheront des solutions qui leur offrent évolutivité et flexibilité pour étendre leurs offres afin de répondre à nouvelles tendances.

    Le vaste écosystème de partenaires de Finastra permet aux banques et aux fintechs d’offrir des services supplémentaires via des tiers qui peuvent être préconfigurés pour un déploiement facile, et peuvent ainsi exploiter cet écosystème de partenaires pour élargir les capacités de leurs solutions de plate-forme.

    Téléchargez le rapport d’Omdia pour vous aider à réaliser vos ambitions de transformation des paiements en sélectionnant le meilleur hub de paiement ici.

    Rapport Finastra

    Crédit d’image en vedette : édité à partir d’Unsplash

    Partagez cet article


    Faites le partage


    Source

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.