La cybersécurité dans le secteur financier

  • FrançaisFrançais



  • Par FintechNews Staff

    Sommaire:

    – Juste après la santé dans la hiérarchie de la plupart des attaques de cybersécurité, le secteur financier est harcelé de tous côtés par les cybercriminels.

    – Le piratage et les logiciels malveillants sont les principales causes de violations de données dans les services financiers. Cependant, les menaces internes et les divulgations accidentelles se multiplient. L’adoption croissante du cloud devrait augmenter ces menaces au cours des prochaines années.

    – En 2019, Jamie Dimon, PDG de JP Morgan Chase & Co, a déclaré que « les cyberattaques pourraient très bien être la plus grande menace pour le système financier américain. » C’est pourquoi JP Morgan Chase dépense près de 600 millions de dollars chaque année pour renforcer ses cyberdéfenses.

    -La cybersécurité est en tête de liste des augmentations budgétaires attendues dans une enquête sur les dépenses technologiques menée par Deloitte & Touche LLP, avec 64% des dirigeants de sociétés financières du monde entier prévoyant une augmentation.

    -La plupart des grandes banques ont les ressources nécessaires pour couvrir tous leurs besoins, mais malheureusement, toutes les petites entreprises ne disposent pas de ce capital. Les petites banques dépensent généralement moins en cybersécurité et pourraient donc devenir plus susceptibles d’être exploitées comme porte d’entrée dérobée dans les systèmes de la Réserve fédérale.

    -Pour éviter ce scénario, le gouvernement fédéral met en place de nouvelles réglementations, avec la contribution des dirigeants des banques, pour créer un système collaboratif de défense, de récupération et de déclaration.

    –Les consommateurs courent peu de risques directs de cyberattaques contre les institutions financières. Tant qu’ils utilisent des mesures de protection raisonnables pour protéger leurs informations, les consommateurs sont protégés par la loi fédérale américaine qui oblige les banques à rembourser les clients s’ils informent la banque dans les 60 jours suivant l’apparition d’une transaction erronée sur leur relevé.

    Pour approfondir ces sujets :

    -Open finance : le prochain niveau pour le partage de données

    – Les opérations bancaires ouvertes pourraient-elles constituer de nouvelles menaces pour la sécurité de vos données financières ?




    Source

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *