Industrie FinTech lituanienne : un diamant brut non découvert

  • FrançaisFrançais


  • Seuls ceux qui travaillent de manière cohérente atteignent les objectifs les plus élevés, et avec la cohérence, des résultats clairs sont obtenus. Le secteur fintech lituanien, qui continue de maintenir une croissance régulière, est proche de cette approche. C’est un signe très positif pour les investisseurs qui en veulent toujours plus. Et quels sont les points forts de la fintech qui devraient attirer les investisseurs en Lituanie en ce moment ? Je voudrais partager quelques faits saillants qui montrent le potentiel des entreprises fintech lituaniennes à développer des licornes fintech dans un avenir proche.
    Premièrement, il convient de noter à quel point le secteur fintech en Lituanie a progressé avec succès au cours de la dernière année. C’est ce que montrent les nouveaux chiffres des établissements de monnaie électronique (EMI) et des établissements de paiement (IP). Ces statistiques sont cruciales, car les EMI et les IP constituent l’épine dorsale du secteur des technologies financières en Lituanie.
    Selon la Banque de Lituanie (LB), le chiffre d’affaires des activités de licences (données non auditées) des IME et PI a été multiplié par 3,5 en 2021 et s’élève à 504 millions d’euros en fin d’année : 92 % de ces chiffres d’affaires ont été générés par les IME et 8 % par les IP. De plus, à la fin de l’année dernière, le nombre de transactions de paiement entre les EME et les PI s’élevait à 194,57 milliards d’euros, soit 3,8 fois plus qu’à la fin de 2020.
    Selon les données de LB, il y avait 141 EMI et PI en Lituanie à la fin de 2021, et pas moins de 30 nouvelles licences EMI et PI sont actuellement à l’étude. En conséquence, le nombre total d’entreprises fintech à la fin de 2021 était de 260, et la Lituanie est restée l’un des plus grands centres fintech de l’UE en termes de nombre d’entreprises agréées. En 2021, la Lituanie est également restée parmi les 10 premiers pays au monde dans le classement mondial des technologies financières.
    Alors que le secteur de la fintech se développe régulièrement, le nombre de bons professionnels augmente également, car la Lituanie a fait de grands progrès ces dernières années dans le développement des professionnels nécessaires à la fintech. Cela signifie qu’il n’y aura pas de pénurie d’employés talentueux qui peuvent contribuer à la croissance réussie des entreprises et à la réalisation de leurs objectifs.
    À mesure que le besoin de spécialistes augmente, les établissements d’enseignement supérieur sont prêts à s’impliquer de plus en plus dans leur formation. Par exemple, en plus des études qu’ils ont choisies, certains établissements d’enseignement supérieur en Lituanie proposent aux étudiants un programme parascolaire spécialisé pour les aider à développer les compétences nécessaires à la fintech. Le programme implique des étudiants de disciplines telles que les mathématiques appliquées, les systèmes logiciels, les systèmes d’information, les technologies de l’information, l’économie et la finance.
    Alors qu’il y a quelques années, il n’y avait que des centaines de personnes en Lituanie qui comprenaient le secteur de la fintech, il y en a maintenant des milliers. Fin 2020, il y aura environ 4 000 travailleurs de la fintech en Lituanie, et fin 2021, il y en aura environ 5 900. Nul doute que ces chiffres pourraient doubler très prochainement.
    Le fait qu’il n’y ait pas de pénurie d’entreprises fintech prometteuses en Lituanie qui peuvent être attrayantes pour les investisseurs est bien démontré par les investissements déjà attirés. L’investissement le plus important en Lituanie était de 43 millions d’euros. C’est un chiffre important pour un si petit pays, car, en comparaison, l’investissement dans la troisième plus grande fintech au monde au quatrième trimestre 2021 était de 120 millions de dollars.
    En outre, la toute première enquête menée l’année dernière auprès des investisseurs baltes par la société de services professionnels EY a montré que la Lituanie est le pays le plus attractif pour les investissements parmi les États baltes. Pas moins de 7 investisseurs sur 10 (71 %) ont déclaré qu’ils investiraient dans l’expansion ou de nouveaux projets en Lituanie, contre 69 % en Lettonie et 64 % en Estonie.
    L’étude a également effectué une analyse quantitative des projets d’investissements directs étrangers (IDE), révélant que les investissements fintech représentaient environ 20% de tous les IDE attirés, seulement derrière les projets liés aux services informatiques et aux activités informatiques (environ 40%).
    Enfin, c’est la motivation des acteurs lituaniens de l’industrie fintech eux-mêmes qui devrait attirer les investisseurs en Lituanie. Chaque année, on parle de plus en plus qu’il y aura bientôt au moins quelques licornes de plus en Lituanie (il y en a une jusqu’à présent), et ce sont les entreprises fintech qui ont le plus de potentiel pour devenir des licornes. De telles prédictions ne font que les encourager à travailler plus dur.
    La Lituanie n’a que récemment commencé à attirer davantage l’attention des grands investisseurs américains et britanniques. Et cerise sur le gâteau, la rumeur selon laquelle la Lituanie est surnommée la « perle des start-up non découvertes » dans la Silicon Valley américaine permet d’être très réaliste quant à toute grande perspective.

    Povilas Ruzgaila, co-fondateur de Gurupay




    Source

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *