Décision de l’OMC sur les brevets : un pas en avant, deux pas en arrière pour l’équité en matière de santé, déclare l’AHF

  • FrançaisFrançais



  • LOS ANGELES–(BUSINESS WIRE)–AIDS Healthcare Foundation (AHF) a exprimé sa déception aujourd’hui face à la décision de la Conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce, qui n’a pas réussi à résoudre de manière substantielle les obstacles aux droits de propriété intellectuelle à l’accès au vaccin COVID-19 dans les pays en développement. Ce qui a été annoncé par certains pays riches comme un compromis révolutionnaire pourrait en effet s’avérer être un écran de fumée par manque de volonté politique pour remédier aux disparités mondiales en matière de santé après deux ans de pourparlers infructueux.

    “Nous saluons les efforts inlassables de la Directrice générale Ngozi Okonjo-Iweala pour parvenir à un compromis viable sur les brevets – elle a maintenu cette question vitale en tête de l’ordre du jour de l’OMC, malgré de nombreuses priorités concurrentes. Malheureusement, ce que les ministres de l’OMC ont finalement décidé est bien loin de la proposition initiale avancée par l’Inde et l’Afrique du Sud, qui visait à étendre rapidement la production générique de vaccins COVID-19 », a déclaré le président de l’AHF, Michael Weinstein. “Mis à part quelques exceptions minutieusement alambiquées dans la décision ministérielle – que peu de pays se qualifieront ou risqueront d’invoquer – la disparité dans l’équité mondiale en matière de santé restera fondamentalement inchangée et redevable aux monopoles des brevets pharmaceutiques.”

    Les pays touchés par le manque de vaccins, de diagnostics et de traitements contre le COVID-19 auront du mal à appliquer les dispositions de la décision dans le monde réel. D’une part, la décision n’a pas relevé le plus grand défi de la production de vaccins génériques – le manque d’accès au savoir-faire, comme les protéines sur mesure, les cultures cellulaires et la nanotechnologie nécessaires pour les créer.

    Ces composants sont des secrets commerciaux détenus par les sociétés pharmaceutiques, sans lesquels il n’est pas possible de produire une nouvelle génération de vaccins biosimilaires hautement efficaces dans un délai raisonnable, même si l’on dispose d’un schéma théorique issu d’un brevet. Le champ d’application de la décision ministérielle était entièrement axé sur les brevets; les transferts de technologie en ont donc été omis.

    De plus, les pays éligibles ne peuvent invoquer les dispositions de la décision que pendant cinq ans, et elles ne s’appliquent qu’aux brevets sur les vaccins, même si à ce stade de la pandémie, le besoin de traitement devient sans doute plus important.

    La décision stipule que dans six mois, les membres de l’OMC envisageront d’élargir la politique pour inclure les diagnostics et les thérapeutiques. Cependant, les critères d’éligibilité eux-mêmes limitent l’utilité pratique de la décision aux pays en développement, dont beaucoup n’ont pas la capacité de production nationale de vaccins à grande échelle.

    Certains critiques de la décision ont fait valoir qu’il s’agit en fait d’un pas en arrière par rapport au statu quo qui prévaut autour des flexibilités de l’Accord sur les ADPIC, car il a introduit une multitude de paramètres et de contraintes minuscules qui pourraient créer un précédent défavorable à l’esprit de l’Accord sur les ADPIC – à savoir, donner aux pays le droit et des protections juridiques pour ignorer les brevets en cas d’urgence dans l’intérêt de la santé publique.

    Après une longue lutte à l’OMC, une chose est claire : le plaidoyer pour faire passer la vie des gens avant les profits des entreprises est loin d’être terminé pour la société civile et les citoyens concernés du monde entier.

    Fondation de la santé contre le sida (AHF), la plus grande organisation mondiale à but non lucratif de lutte contre le sida, fournit actuellement des soins et/ou des services médicaux à plus de 1,6 million de clients dans 45 pays du monde aux États-Unis, en Afrique, en Amérique latine/Caraïbes, dans la région Asie/Pacifique et en Europe. Pour en savoir plus sur l’AHF, veuillez visiter notre site Web : www.aidshealth.org, retrouvez-nous sur Facebook : www.facebook.com/aidshealth et suivez-nous sur Twitter : @aidshealthcare et Instagram : @aidshealthcare

    Contacts

    CONTACT MÉDIAS AUX ÉTATS-UNIS :

    Ged Kenslea, Directrice principale, Communications, AHF

    +1.323.308.1833 travail +1.323.791.5526 mobile

    gedk@aidshealth.org

    Denis Nazarov, Directeur de la politique mondiale et des communications, AHF

    +1 323.308.1829

    denys.nazarov@ahf.org




    Source

    L'équipe de Comparaland

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.