Les services répressifs mondiaux saisissent le service VPN criminel “ Safe-Inet ”

  • FrançaisFrançais


  • Un effort coordonné dirigé par la police allemande, avec le soutien d’autres organismes mondiaux d’application de la loi, notamment Europol et le FBI, entre autres, a abouti à la saisie du service VPN Safe-Inet, qui a été présenté comme le favori des cybercriminels pour mener des activités malveillantes. . Le service du fournisseur de VPN a été complètement fermé le lundi 21 décembre, suivi d’une saisie physique de son infrastructure en Allemagne, en Suisse, en France, aux Pays-Bas et aux États-Unis.

    VPN Safe-Inet
    Crédit d’image: Europol

    Pourquoi les services VPN Safe-Inet ont-ils été fermés?

    Selon Europol, le service VPN Safe-Inet a été actif au cours de la dernière décennie. Europol a déclaré que son service avait gagné en popularité parmi les cybercriminels clandestins en tant que service «à l’épreuve des balles» puisqu’il se vantait d’outils ayant jusqu’à cinq niveaux de sécurité VPN anonyme. Ce degré de protection offrait aux cybercriminels un bouclier virtuel que les organismes d’application de la loi du monde entier avaient du mal à pénétrer.

    Surfant sur la vague de sa popularité, le service VPN a été vendu à un prix plus élevé aux acteurs de la menace souterraine dont les opérations comprenaient des attaques de ransomware, des fraudes par e-Skimming, des violations de données et diverses autres formes d’activités cybercriminelles.

    Europol a dit, «Les forces de l’ordre ont pu identifier quelque 250 entreprises dans le monde qui étaient espionnées par les criminels utilisant ce VPN. Ces entreprises ont par la suite été prévenues d’une attaque imminente de ransomware contre leurs systèmes, leur permettant de prendre des mesures pour se protéger contre une telle attaque.

    Le démantèlement

    Le retrait international a été baptisé «Opération Nova». Les organismes d’application de la loi impliqués dans le retrait comprennent:

    • Allemagne: Quartier général de la police de Reutlingen (Polizeipräsidium Reutlingen)
    • Europol: Centre européen de la cybercriminalité (EC3)
    • Les Pays-Bas: Police nationale (Politie)
    • Suisse: Police cantonale d’Argovie (Kantonspolizei Aargau)
    • États Unis: Bureau fédéral d’enquête (FBI)
    • France: Police judiciaire (Direction Centrale de la Police Judiciaire)

    Le retrait était un effort coordonné des agences mentionnées ci-dessus, car l’infrastructure de Safe-Inet était répartie dans le monde entier. Europol, cependant, a joué un rôle central pour y parvenir. Le Centre européen de la cybercriminalité (EC3) a ouvert la voie pour rassembler toutes les forces de l’ordre afin de concevoir une stratégie commune pour préparer le retrait final.

    Edvardas Šileris, directeur du Centre européen de lutte contre la cybercriminalité d’Europol, a déclaré: «Les relations de travail solides qu’Europol entretient entre les enquêteurs impliqués dans cette affaire de part et d’autre du monde ont été essentielles pour faire tomber ce service.»

    La saisie de Safe-Inet a servi d’exemple de la coopération internationale indispensable entre les pays pour éliminer les cybercriminels et faire d’Internet un espace plus sûr.

    Ce que le DoJ américain a dit

    Selon la déclaration du ministère américain de la Justice, Operation Nova a aidé à saisir trois domaines fournissant des services similaires – SAFE-INET.COM, SAFE-INET.NET et INSORG.ORG – qui ont été utilisés pour des activités criminelles. Il a ajouté que les sites Web de services étaient offerts en anglais et en russe, ce qui éclairait les cibles géographiques de ses fournisseurs.

    Après la saisie, toutes les agences enquêtent plus avant sur les fichiers journaux et l’infrastructure physique confisqués à Safe-Inet pour mettre la main sur tous les cybercriminels qui l’utilisent en tant que service.

    Nouvelles connexes:

    Europol et la Commission européenne lancent une nouvelle plate-forme de décryptage pour lutter contre l’utilisation abusive du cryptage

    Source

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *