Les États-Unis interdisent China Telecom Americas en invoquant des problèmes de sécurité nationale

  • FrançaisFrançais



  • Les services et produits basés en Chine continuent de préoccuper le monde entier pour des questions de sécurité. La Federal Communications Commission (FCC) des États-Unis a récemment révoqué la licence de China Telecom Americas, filiale américaine d’une entreprise publique chinoise China Telecom Corporation, pour fournir des services de télécommunications interétatiques et internationaux en invoquant des risques pour la sécurité nationale. Dans un ordre officiel, l’agence a demandé à Telecom Americas d’interrompre ses services aux États-Unis dans les 60 jours.

    « La promotion de la sécurité nationale fait partie intégrante de la responsabilité de la Commission de promouvoir l’intérêt public, et l’action d’aujourd’hui remplit cette mission de protéger l’infrastructure de télécommunications du pays contre les menaces potentielles pour la sécurité », la FCC mentionné.

    Brendan Carr, le commissaire de la FCC, a déclaré que la dernière décision est une initiative cruciale pour se défendre contre les cybermenaces constantes en provenance de Chine.

    Ordonnance approuvée par les agences de l’exécutif

    La décision de retirer les services de China Telecom Americas intervient après que les agences de l’exécutif américain (les ministères de la Justice, de la Défense, de l’État, du Commerce, de la Sécurité intérieure et le représentant américain au Commerce) aient recommandé à la FCC en avril 2020 des risques de sécurité importants.

    Le pouvoir exécutif a dévoilé ses conclusions à la FCC, qui comprendre:

    • China Telecom Americas est soumis à l’exploitation, à l’influence et au contrôle du gouvernement chinois et est très susceptible d’être contraint de se conformer aux demandes du gouvernement chinois sans procédures légales suffisantes soumises à une surveillance judiciaire indépendante.
    • Le contrôle par le gouvernement chinois soulève des risques importants pour la sécurité nationale et l’application de la loi en offrant à China Telecom Americas, à ses entités mères et au gouvernement chinois la possibilité d’accéder, de stocker, de perturber et/ou d’acheminer les communications américaines, ce qui leur permet à leur tour de se livrer à l’espionnage et à d’autres activités nuisibles contre les États-Unis
    • La conduite et les déclarations de China Telecom Americas auprès de la Commission et d’autres agences gouvernementales américaines démontrent un manque de franchise, de fiabilité et de fiabilité qui érode le niveau de confiance de base que la Commission et d’autres agences gouvernementales américaines exigent des opérateurs de télécommunications.
    • Les télécoms ont volontairement violé deux des cinq dispositions de la lettre d’assurances de 2007 avec les agences de la branche exécutive, dont le respect est une condition expresse de ses autorisations internationales en vertu de l’article 214.

    Les télécoms chinois face à la chaleur

    Ce n’est pas la première fois que les télécoms chinois rencontrent des problèmes de sécurité de la part des autorités gouvernementales. Auparavant, le fournisseur de services de télécommunications chinois Huawei avait subi de graves réactions de la part du gouvernement australien et d’autres pays à propos de campagnes de sécurité et de cyberespionnage. Un rapport de sécurité a allégué que Huawei recrutait des agents de haut niveau liés aux agences militaires et de renseignement chinoises. On soupçonne que plus de 100 employés de Huawei avaient des liens avec l’armée chinoise et des opérations de piratage parrainées par l’État.

    Dans le cadre de Cybersecurity Initier

    La dernière décision d’arrêter les services de China Telecom Americas aux États-Unis pourrait être une autre étape critique de l’administration Biden, qui essaie constamment d’atténuer les attaques parrainées par l’État en provenance de Chine, de Russie et du monde entier. Le gouvernement américain a mis en place plusieurs mesures de cybersécurité pour faire face aux cybermenaces croissantes. Dans le cadre de leurs multiples initiatives de cybersécurité, les États-Unis ont récemment organisé une réunion virtuelle ce mois-ci impliquant plus de 30 pays pour faire face à l’expansion du paysage des cybermenaces.

    Source

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *