L’Australie propose un projet de loi sur le consentement parental des mineurs sur les réseaux sociaux

  • FrançaisFrançais



  • Le gouvernement australien a proposé le projet de loi 2021 modifiant la législation sur la protection de la vie privée (amélioration de la confidentialité en ligne et autres mesures) pour protéger les Australiens contre diverses menaces de données en ligne. Le procureur général Michaelia Cash a récemment publié le projet de loi proposé, qui vise à créer un code de confidentialité en ligne obligatoire pour les sociétés de médias sociaux, les courtiers en données et d’autres organisations qui fonctionnent en utilisant les données des utilisateurs. Le projet de loi obligera principalement les plateformes de médias sociaux à obtenir le consentement parental pour les mineurs (utilisateurs de moins de 16 ans).

    Le projet de loi proposé est ouvert aux commentaires jusqu’au 6 décembre 2021, avant de le présenter au Parlement.

    Règles strictes sur les plateformes de médias sociaux

    L’élaboration du nouveau code de confidentialité en ligne vise à relever divers défis en matière de confidentialité et de sécurité des données posés par les services de médias sociaux et d’autres organisations qui collectent un volume élevé d’informations personnelles des utilisateurs. Le nouveau code exige que les réseaux sociaux et les plateformes de messagerie instantanée comme Facebook, Reddit et WhatsApp prennent toutes les mesures nécessaires pour empêcher toute utilisation abusive des données lors du traitement des données personnelles des utilisateurs.

    Le code exigera des services de médias sociaux pour :

    • Prenez toutes les mesures raisonnables pour vérifier l’âge des personnes qui utilisent le service de médias sociaux.
    • Assurez-vous que la collecte, l’utilisation ou la divulgation des renseignements personnels d’un enfant est juste et raisonnable dans les circonstances, l’intérêt supérieur de l’enfant étant la considération primordiale pour déterminer ce qui est juste et raisonnable.
    • Obtenez le consentement exprès des parents ou du tuteur avant de collecter, d’utiliser ou de divulguer les informations personnelles d’un enfant de moins de 16 ans, et de prendre toutes les mesures raisonnables pour vérifier le consentement. Supposons qu’un service de médias sociaux apprenne qu’une personne avait moins de 16 ans. Dans ce cas, le service de médias sociaux doit prendre toutes les mesures raisonnables pour obtenir le plus tôt possible le consentement vérifiable des parents ou du tuteur.

    Le projet de loi introduira également des sanctions élevées et des pouvoirs d’exécution pour permettre au régulateur australien de la protection de la vie privée, le Bureau du commissaire australien à l’information, de résoudre les problèmes de manière plus efficace et efficiente. Les entreprises qui ne respectent pas la loi s’exposeront à des pénalités représentant soit 10 % du chiffre d’affaires annuel de l’organisation, soit une amende de 10 millions de dollars australiens (7,5 millions de dollars).

    Priorité élevée à la confidentialité en ligne

    Le procureur général Michaelia Cash a déclaré que le projet de loi garantirait que les services de médias sociaux traitent les données des Australiens de manière plus prudente et transparente en ligne.

    « Nous savons que les Australiens se méfient des informations personnelles qu’ils donnent aux grandes entreprises technologiques. Nous veillons à ce que leurs données et leur vie privée soient protégées et traitées avec soin. Notre projet de loi signifie que ces entreprises seront lourdement punies si elles ne respectent pas cette norme », a déclaré Cash.

    David Coleman, ministre adjoint du Premier ministre chargé de la santé mentale et de la prévention du suicide, a déclaré que le nouveau code dirigerait le monde dans la protection des enfants contre les sociétés de médias sociaux.

    « En Australie, même avant la pandémie de COVID-19, il y avait une augmentation constante des signes de détresse et de mauvaise santé mentale chez les jeunes. Bien que les raisons en soient variées et complexes, nous savons que les médias sociaux font partie du problème. Les jeunes nous l’ont dit eux-mêmes. Dans une enquête sur l’espace de tête menée en 2018 auprès de plus de 4 000 jeunes âgés de 12 à 25 ans, les médias sociaux ont été désignés comme la principale raison pour laquelle la santé mentale des jeunes s’aggrave. Et la récente fuite des propres recherches internes de Facebook démontre l’impact que les plateformes de médias sociaux peuvent avoir sur l’image corporelle et la santé mentale des jeunes », a ajouté Coleman.

    Viser à renforcer la cybersécurité

    L’Australie a lancé plusieurs réformes et législations visant à renforcer la sécurité des données et la confidentialité des utilisateurs en ligne. Le gouvernement a récemment adopté le projet de loi 2020 portant modification de la législation sur la surveillance (identification et perturbation), permettant à la police fédérale australienne (AFP) et à l’Australian Criminal Intelligence Commission (ACIC) d’espionner les cybercriminels potentiels en ligne. Plus tôt, l’Australie a également proposé le Ransomware Payments Bill 2021 qui oblige toutes les organisations à informer l’Australian Cyber ​​Security Center (ACSC) si/quand elles envisagent de payer une rançon aux cybercriminels en cas d’attaque par ransomware.

    Source

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *