La Cybersecurity Talent Initiative vise à réduire le déficit de compétences en cybersécurité et la dette étudiante

  • FrançaisFrançais



  • Sur la photo: un affichage Mastercard au Mobile World Congress 2015. (Crédit photo: concierges, sous licence CC BY 2.0)

    Le déficit de compétences en cybersécurité et l’endettement des prêts étudiants: deux problèmes qui vont tous deux dans la mauvaise direction.

    Lancée en avril 2019, la Cybersecurity Talent Initiative vise à mettre un terme à ces deux problèmes croissants. Le programme unique sélectionne un échantillon représentatif diversifié de diplômés universitaires pour acquérir une expérience de travail en ligne dans les secteurs public et privé. S’ils terminent le programme, les anciens étudiants peuvent recevoir jusqu’à 75 000 $ (taxes incluses) en aide aux prêts étudiants.

    L’objectif de CTI est d’orienter les technologues en herbe vers une carrière dans le domaine de la cybersécurité, tout en promouvant la diversité dans l’industrie. Les tout premiers participants au programme – collectivement connus sous le nom de cohorte – se composent de neuf diplômés qui ont individuellement été placés au sein de CISA (Cybersecurity and Infrastructure Security Agency), du US Army Cyber ​​Command, de la Federal Election Commission, de l’Environmental Protection Agency ou l’Administration nationale des océans et de l’atmosphère.

    D’ici 2022, une partie ou la totalité de ces neuf participants travailleront pour l’une des entreprises partenaires de la CTI, dont les membres fondateurs sont Mastercard, Microsoft et Workday, Inc. L’organisation à but non lucratif Partnership for Public Service est le partenaire opérationnel de l’initiative.

    Le co-fondateur de CTI, Alexander Niejelow, vice-président senior, Coordination et défense de la cybersécurité, chez Mastercard, a partagé les derniers développements de ce nouveau programme avec SC Media alors qu’il se prépare à examiner sa prochaine série de candidatures entrantes pour rejoindre sa deuxième cohorte. Les candidatures doivent être déposées le 13 novembre et les organisations espèrent accepter cette fois-ci environ 25 diplômés. Les étudiants qui obtiennent un diplôme en cybersécurité ou dans un domaine connexe (par exemple, informatique, ingénierie, systèmes d’information ou mathématiques) au cours de l’année universitaire 2020-2021 sont éligibles.

    Alexander Niejelow, co-fondateur de Cyber ​​Talent Initiative, vice-président senior, coordination et défense de la cybersécurité chez Mastercard.

    Avant Mastercard, Niejelow était directeur de la politique de cybersécurité au Conseil national de sécurité et chef de cabinet du coordinateur IP à la Maison Blanche sous l’ancien président Barack Obama. Dans ce rôle, Niejelow a contribué à faire progresser les priorités de l’administration en matière de cybersécurité, de technologie et de politique commerciale.

    Vous décrivez la CTI comme étant une initiative unique en son genre. Comment? Qu’est-ce qui le différencie des autres programmes de développement des talents, de placement et de mentorat en cybersécurité?

    Il est le premier du genre, en tant que partenariat public-privé entre le gouvernement fédéral, nos entreprises du secteur privé, le Partenariat pour la fonction publique en tant qu’agent administratif à but non lucratif aidant à élaborer le programme et, mieux encore, des centaines d’universités de recherche autour du pays. Donc, avoir… le continuum complet du volet éducatif… sur les premiers points de contact du recrutement des personnes et des évaluations par le biais du programme, sur leur parcours au gouvernement fédéral et à nos entreprises du secteur privé, le rend assez unique.

    La partie qui, à mon avis, est la plus unique est vraiment le principe central du programme, qui est de deux ans dans une agence fédérale, suivis de deux ans – et j’espère plus – avec… des entreprises comme Microsoft, Workday et MasterCard, et nous couvrirons jusqu’à 75 000 $ de dette étudiante impayée.

    Voilà donc la grande incitation – la carotte, si vous voulez.

    Une sacrée carotte, étant donné que nous avons 1,6 billion de dollars de dettes étudiantes impayées et que les gens en sont criblés. Ce n’est pas seulement une incitation – je m’en voudrais si je ne disais pas cela – c’est aussi une croyance établie au sein des entreprises qui participent, et l’importance de commencer à essayer de résoudre ce problème … si nous voulons en avoir mobilité économique et autonomisation des meilleurs talents.

    Le problème de la dette étudiante continue de peser sur la tête des gens et qui ne devrait pas être un obstacle au service ou au travail dans des emplois hautement qualifiés et de qualité.

    Le secteur public en particulier a du mal à attirer et à retenir les talents car ils ne peuvent pas payer autant, de sorte que les meilleurs talents échappent souvent au secteur privé. Une partie de la stratégie de la CTI consiste-t-elle à exposer les participants à deux ans de travail d’agence fédérale parce qu’ils aimeront peut-être cela et voudront y revenir une fois le programme terminé?

    Tout à fait… En tant que personne qui a servi dans le gouvernement… je ne trouve rien de plus puissant que cette opportunité et cette expérience. Deuxièmement, la dernière fois que j’ai regardé, le gouvernement fédéral avait environ 17 000 postes ouverts en matière de cybersécurité. Et donc c’est à la fois le côté exposition aux rôles au sein de l’agence fédérale – que je pense que les gens trouveront assez spécial et unique – mais aussi l’objectif immédiat de combler les lacunes pour aider les agences fédérales, en reconnaissant qu’ils reviendront à nos entreprises. après deux ans, mais peut-être décider de revenir en arrière. Ce qui, je pense, est un cycle fortuit, et je pense que l’expérience que j’ai eue, entre le secteur privé et le gouvernement et vice versa, m’a énormément profité et je l’encourage.

    Vous avez neuf diplômés dans votre première cohorte. Quelle taille cela peut-il atteindre?

    Mon objectif serait considérablement plus élevé, à la fois car nous faisons appel à davantage de partenaires commerciaux et à davantage d’agences fédérales. Je viens de présenter un objectif suffisamment ambitieux, mais il est également reconnu que nos partenaires fédéraux ont actuellement des gels budgétaires et des problèmes qui se produisent. Et pendant la période actuelle, cela a été un défi pour nous – et pour nous assurer que ces engagements sont tenus, nous avons besoin que les agences fédérales se mobilisent également.

    Quel a été le processus consistant à impliquer les diverses agences fédérales dans le programme CTI?

    Le plus grand défi dans le premier cas avec les agences lorsque cela a été présenté pour la première fois était leur «Attendez – vous me dites que vous voulez que je prenne quelqu’un pendant deux ans, puis ils partiront?» état d’esprit. Et puis ils ont commencé à comprendre rapidement le calibre des individus auxquels ils n’auraient peut-être pas eu accès autrement, ce qui est une réalité assez convaincante. Et puis deuxièmement, ce sont des postes vacants qu’ils doivent pourvoir quoi qu’il arrive à la fin de la journée. Ces deux points sont assez convaincants.

    Élaborez quand vous dites qu’ils obtiennent un talent de haut calibre. Quel est votre candidat idéal pour ce programme?

    Je pense que le type idéal de talent est quelqu’un qui a l’esprit ouvert et qui s’intéresse à la fois à la fonction publique et au secteur privé.

    Même dans cette première cohorte, nous voyons toute une série de diversité expérientielle. Les gens de 50 ans, qui sont… retournés à l’école, et les jeunes qui sortent soit avec des diplômes d’études supérieures, soit avec des diplômes de premier cycle. Nous avons vu le genre de spectre complet, ce qui est assez intéressant. Je ne m’attendais pas au départ à ce que la gamme soit aussi large, et j’ai en fait trouvé cela assez encourageant …

    Les chiffres et les statistiques sur la diversité de la première cohorte sont assez spectaculaires – je crois que c’est entre 10 et 15 pour cent au-dessus de la moyenne nationale, tant sur le sexe que sur la démographie raciale. C’est un bon départ dès le départ, étant donné certains des défis que nous constatons concernant les minorités et les questions de genre.

    Une fois que les participants ont terminé la partie fédérale du programme, comment fonctionne le placement chez l’une des entreprises partenaires?

    [Placement is] pas garanti… Ils devront encore passer des entretiens pour trouver le bon match d’entreprises, mais il y a un engagement assez fort [to place them]…

    Ce que j’aime vraiment dans le programme, c’est… avant même qu’ils n’assument leur rôle d’agence fédérale, et pendant ces deux années également, nous avons un programme de développement du leadership ainsi qu’un programme de mentorat. Ce qui, je dois vous le dire, est assez unique lorsque vous entrez dans votre carrière pour la première fois. J’aurais aimé l’avoir.

    Parlant de votre propre perspective d’avoir travaillé dans les secteurs public et privé, qu’espérez-vous que les cohortes actuelles et futures gagneront à vivre les deux côtés?

    La nature interdépendante de notre infrastructure essentielle et du gouvernement fédéral et du secteur privé est particulièrement, uniquement américaine. Et ainsi avoir une exposition à l’intérieur du gouvernement et… des entreprises comme la nôtre, comme point de départ, construit un partenariat public-privé plus fort, et c’est quelque chose d’inestimable. On en parle souvent, mais la capacité d’avoir des gens qui ont travaillé des deux côtés et qui ont des relations là-bas est fondamentale.

    [Also,] il n’y a rien de tel que le service public. La capacité d’aider les gens, de donner et de servir est une chose et une opportunité incroyablement significatives, et je me sens incroyablement chanceuse d’avoir eu la chance de le faire. J’ai aussi beaucoup de chance d’avoir une entreprise avec un état d’esprit… que vous pouvez servir de nombreuses façons en faisant bien et en faisant le bien. Et j’ai eu la chance de jouer un rôle important dans la manière dont nous aidons les petites et moyennes entreprises à accéder gratuitement aux ressources de cybersécurité…

    Il y a donc plusieurs façons, dans le secteur privé mais aussi dans le secteur public, de servir et de faire le bien. Vous devez juste choisir la bonne entreprise.

    S’exprimant en tant qu’ancien directeur de la politique de cybersécurité au Conseil de sécurité nationale, quelles politiques aimeriez-vous voir poursuivies par la Maison Blanche en 2021 et au-delà pour aider à combler le déficit de compétences en cybersécurité, quel que soit le président élu cette année?

    Je pense que la possibilité pour le gouvernement fédéral d’aider à combler ce déficit de compétences est essentielle. Ramener le [White House] le coordinateur de la cybersécurité ne serait pas la pire des idées. Pour commencer, tant du côté descendant que du côté du leadership, je pense que le gouvernement fédéral continue de croître dans sa capacité et de trouver des moyens de soutenir des programmes comme celui-ci, y compris les concepts et les modèles de bourses d’études pour le service, sont très importants. . Et le financement fédéral pour cela compte.

    Source

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *