Clearview AI accusée d’avoir violé la vie privée des Australiens

  • FrançaisFrançais



  • L’organisme australien de surveillance de la vie privée, le Bureau du commissaire australien à l’information (OAIC), a déclaré que Clearview AI avait enfreint les lois sur la protection de la vie privée en collectant les informations sensibles des utilisateurs sans leur consentement et selon des méthodes injustes.

    Clearview AI est une plate-forme de reconnaissance faciale qui fournit des logiciels aux entreprises, aux forces de l’ordre, aux universités et aux particuliers.

    Une enquête conjointe de l’OAIC et du Bureau du commissaire à l’information (ICO) du Royaume-Uni a révélé que l’outil de reconnaissance faciale de Clearview AI a récupéré et enregistré les informations biométriques de plus de trois milliards d’utilisateurs. L’OAIC a déclaré que Clearview AI n’a pas respecté le principe de confidentialité australien (APP) en n’adhérant pas aux pratiques, procédures et systèmes de sécurité nécessaires.

    L’outil de reconnaissance faciale de Clearview AI permet aux utilisateurs de télécharger une image numérique du visage d’un individu et d’effectuer une recherche dans la base de données du répondant contenant plus de trois milliards d’images. L’outil affiche les correspondances probables et les informations de source associées à l’utilisateur pour permettre l’identification de l’individu. Il croise également des photos extraites de plusieurs plateformes de médias sociaux avec une base de données de milliards de profils d’utilisateurs et d’images.

    L’OAIC a ordonné à Clearview AI de :

    • Évitez de répéter des pratiques qui portent atteinte à la confidentialité et à la sécurité des données des utilisateurs
    • Arrêtez de collecter des images grattées, des images de sonde, des vecteurs d’image grattés, des vecteurs d’image de sonde et des vecteurs de retrait des Australiens
    • Détruisez toutes les images grattées, les images de sonde, les vecteurs d’image grattés, les vecteurs d’image de sonde et les vecteurs de retrait qu’il a collectés auprès d’individus en Australie dans les 90 jours
    • Fournir une confirmation écrite à l’OAIC dans les 90 jours concernant les mesures prises

    Provoquer de graves menaces d’identité

    Alors que Clearview AI affirme que sa technologie de reconnaissance faciale aide les forces de l’ordre à identifier les suspects, les personnes d’intérêt et les victimes, les dernières découvertes de l’OAIC révèlent les critiques croissantes des régulateurs de la vie privée à l’égard de la technologie controversée. Les services Clearview ont été utilisés/testés par les forces de l’ordre et les services de police du monde entier.

    Clearview AI a fourni des essais gratuits à la police fédérale australienne (AFP), à la police de Victoria, au service de police du Queensland et aux services de police d’Australie-Méridionale d’octobre 2019 à mars 2020.

    Les rapports suggèrent que Clearview AI n’a pris aucune mesure pour arrêter de collecter des images grattées d’Australiens, de générer des vecteurs d’images à partir de ces images et de divulguer les Australiens dans les images correspondantes à ses utilisateurs enregistrés. Le site Web de Clearview et le formulaire de demande d’accès à l’outil de reconnaissance faciale restent accessibles aux adresses IP australiennes même après la période d’essai.

    L’exposition des pratiques intrusives de Clearview entraînera certainement des problèmes de sécurité chez divers responsables gouvernementaux.

    « Le consentement ne peut être implicite si l’intention d’un individu est ambiguë ou s’il existe un doute raisonnable quant à l’intention de l’individu. Je considère que le fait de télécharger une image sur un site de réseau social n’indique pas sans ambiguïté un accord pour la collecte de cette image par un tiers inconnu à des fins commerciales. En fait, cette attente est activement découragée par les politiques publiques de nombreuses sociétés de médias sociaux, qui interdisent généralement aux tiers de gratter les données de leurs utilisateurs.

    Le consentement ne peut pas non plus être implicite si les personnes ne sont pas suffisamment informées des implications de la fourniture ou du refus de consentement. Cela inclut de s’assurer qu’une personne est correctement et clairement informée de la manière dont ses informations personnelles seront traitées, afin qu’elle puisse décider de donner son consentement », a déclaré l’OAIC.

    L’Australie impose des règles strictes sur les plateformes de médias sociaux

    Le gouvernement australien a proposé le projet de loi 2021 sur la modification de la législation sur la protection de la vie privée (amélioration de la confidentialité en ligne et autres mesures) pour protéger les Australiens contre diverses menaces liées aux données en ligne. Le procureur général Michaelia Cash a récemment publié le projet de loi proposé, qui vise à créer un code de confidentialité en ligne obligatoire pour les sociétés de médias sociaux, les courtiers en données et d’autres organisations qui fonctionnent en utilisant les données des utilisateurs. Le projet de loi obligera principalement les plateformes de médias sociaux à obtenir le consentement parental pour les mineurs (utilisateurs de moins de 16 ans).

    Source

    L'équipe de Comparaland

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *