60% des applications scolaires divulguent les données des élèves à des tiers

  • FrançaisFrançais


  • La pandémie a contraint les élèves des écoles et des collèges à s’appuyer sur diverses applications mobiles d’apprentissage en ligne pour les aider dans leurs études. Cependant, la plupart de ces applications d’apprentissage en ligne seraient en train de collecter les informations des étudiants et de les partager avec des fournisseurs tiers, à l’insu des utilisateurs. Une recherche d’une organisation à but non lucratif Alliance Me2B a révélé les pratiques irrégulières de partage de données des applications éducatives utilisées par les autorités scolaires. Il a été constaté que plus de 60% des applications scolaires aux États-Unis transfèrent les données des élèves à divers tiers, y compris des réseaux publicitaires comme Google et Facebook. Les applications d’apprentissage virtuel sont utilisées par au moins un demi-million de personnes, y compris des étudiants, des enseignants et des parents.

    Les chercheurs ont analysé environ 73 applications mobiles utilisées par 38 écoles dans 14 États américains. Toutes les 73 applications ont été examinées en analysant les kits de développement logiciel (SDK) de chaque application.

    La plupart des applications mobiles collectaient et stockaient des détails, y compris le nom, l’âge et d’autres informations d’identification personnelle (PII), y compris l’accès à la caméra, au microphone, à l’identifiant de l’appareil et aux données d’appel des utilisateurs.

    Principales conclusions

    • Plus de 48% des applications ont envoyé des données sur les élèves à Google et 14% à Facebook. De plus, chaque application a envoyé des données à 11 tiers différents.
    • Les écoles publiques (67%) étaient plus susceptibles d’envoyer des données sur les élèves à des tiers que les écoles privées (57%).
    • Près de 18% des applications des écoles publiques ont envoyé des données à des tiers à très haut risque, qui partagent en outre des données avec peut-être des centaines ou des milliers d’entités en réseau.
    • Les applications Android sont trois fois plus susceptibles que les applications iOS d’envoyer des données à des tiers.
    • 91% des applications Android envoient des données à des tiers à haut risque contre seulement 26% des applications iOS, et 20% des applications Android envoient des données à des tiers à très haut risque, contre 2,6% des applications iOS.
    • Il existe une quantité inacceptable de partage de données sur les élèves avec des tiers – en particulier des annonceurs et des plateformes d’analyse – dans les applications scolaires.
    • Les applications iOS se sont avérées plus sûres que les applications Android, et avec les améliorations en cours, l’écart de confidentialité entre les applications iOS et Android devrait se creuser à moins que Google n’apporte des modifications.
    • Les gens ont encore trop peu d’informations sur les tiers avec lesquels ils partagent des données, et les magasins d’applications doivent clarifier ces informations.

    «Les résultats de la recherche montrent l’omniprésence du partage de données avec des entités à haut risque et le nombre de personnes dont les données pourraient être compromises en raison du manque de ressources des écoles», a déclaré Lisa LeVasseur, directrice exécutive de Me2B Alliance.

    Source

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *