Tiffany va poursuivre LVMH pour une offre publique d’achat bloquée

  • FrançaisFrançais


  • LE QUOI? Tiffany a annoncé qu’elle allait poursuivre LVMH pour le blocage délibéré de son OPA, d’une valeur de 16 milliards de dollars, selon un rapport du Financial Times.

    LES DÉTAILS Selon un procès intenté à la Delaware Court of Chancery, LVMH a utilisé des tactiques de retard afin de forcer une renégociation de l’accord, qui a été convenu avant que le coup financier du COVID-19 n’ait eu lieu.

    Bien que LVMH ait reçu l’autorisation des chiens de garde en Chine et aux États-Unis, il n’a pas encore déposé de demande d’approbation réglementaire dans trois juridictions. LVMH a déclaré avoir reçu une lettre du gouvernement français demandant un report de l’accord jusqu’en janvier pour éviter les tarifs imposés par l’administration Trump.

    Dans la foulée, LVMH a publié une déclaration qui disait: «Compte tenu de ces éléments et de l’analyse juridique initiale préparée par le conseil et LVMH, le conseil a décidé de respecter les termes de l’accord de fusion signé en novembre 2019 qui fixe un délai pour l’accord doit être conclu le 24 novembre 2020. En conséquence, LVMH ne pourra pas finaliser l’acquisition de Tiffany & Co. »

    Cependant, Tiffany a accusé la société de suspendre délibérément la procédure afin de forcer une renégociation, le procès qui en a résulté chercherait à forcer LVMH à conclure l’accord d’ici le 24.e Novembre. Le procès accuse également LVMH de ne pas l’avoir informé de la lettre du gouvernement français dès sa réception.

    Le procès se lit comme suit: «Les récentes actions de LVMH ont mis en lumière les véritables motifs des retards artificiels et des délais manqués par LVMH. Il est désormais indéniablement clair que LVMH a épuisé son temps au cours des cinq derniers mois dans un effort pour arriver à la date initiale du 24 août 2020 «drop-dead». . . [as] fait partie d’un effort totalement inapproprié visant à forcer Tiffany à accepter de réduire le prix de la fusion.

    LE POURQUOI? La nouvelle fait suite à la récente courbe de la mi-août dans le rachat, LVMH déclarant qu’il avait toujours le droit de résilier l’accord en raison d’une clause d’effet matériel qui donne à l’acheteur une carte gratuite de sortie de prison si le La société vendeuse fait état d’une forte baisse de ses revenus et de ses bénéfices. Tiffany a répliqué en déclarant qu’elle était en ligne avec ses pairs et qu’elle espère toujours continuer sur une trajectoire de croissance.

    Roger Farah, Président de Tiffany, a déclaré: «Nous regrettons d’avoir à entreprendre cette action mais LVMH ne nous a laissé d’autre choix que d’entamer un litige pour protéger notre société et nos actionnaires.»

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *