APPLiA retire sa contestation judiciaire devant le Tribunal de l’Union européenne

  • FrançaisFrançais


  • APPLiA a décidé de retirer sa contestation judiciaire déposée devant le Tribunal de l’Union européenne en mars 2020 après que la Commission européenne a apporté des modifications importantes au règlement sur l’étiquetage énergétique publié le 5 décembre 2019. La législation d’origine contenait des incohérences entre les groupes de produits et des contradictions liées à la manière dont les données de performance des produits devraient être fournies à la base de données Eprel. Selon AppliA, cela a provoqué une incertitude inacceptable et inutile – tant pour les consommateurs que pour les producteurs – et a mis en danger une surveillance efficace du marché. Pour cette raison, bien que le secteur ait fortement soutenu la révision du label énergétique et sa contribution à l’efficacité énergétique, APPLiA a lancé une action en justice devant le Tribunal de l’Union européenne en mars 2020 pour améliorer certaines parties critiques de cette législation. À la suite de la contestation judiciaire APPLiA, la Commission européenne a travaillé sur des modifications de la législation ci-dessus, qui ont été publiées le 1er mars 2021. Après une évaluation minutieuse, APPLiA considère que le nouveau texte juridique corrige les parties les plus critiques et est suffisamment clair pour permettre la cohérence et l’application sur le marché. «Avec les amendements – a commenté Paolo Falcioni, directeur général d’AppliA – la sécurité juridique et l’applicabilité des exigences peuvent être assurées dans le marché intérieur. Les industries sont désormais en mesure de se conformer de manière réaliste aux nouvelles règles et de faire progresser l’innovation et la concurrence pour atteindre l’efficacité énergétique et matérielle. APPLiA apprécie vivement les efforts déployés par les institutions européennes pour clarifier rapidement les incertitudes et les incohérences relevées dans les règlements publiés en décembre 2019. Nous nous abstenons de poursuivre notre contestation juridique car le texte juridique est suffisamment clair, mais nous espérons améliorer la législation future en cette zone.”

    Article précédentPanasonic étend ses activités en Thaïlande

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *